La première claque vidéoludique de 2019 est là ! C’est « Resident Evil 2 » revisité qui nous apprend comment le remake d’un jeu qui a 21 ans, se doit d’être réalisé. Capcom a fait renaître un de ses plus grands titres de la meilleure des manières.


Faire du neuf avec du vieux est une bonne vieille méthode pour ressortir un produit ou une idée qui a marché dans le temps en le modernisant un petit peu avant de le resservir. Le monde du jeu-vidéo n’est pas épargné par le phénomène, bien au contraire. Le nombre de jeux remastérisés et de remakes sortis ces dernières années est hallucinant. Mais comme dans tout domaine, il y a le bon et le mauvais élève. Nombreux ont ressorti des cartons leurs vieilles licences sans trop prendre garde à bien les dépoussiérer. Pour ce « Resident Evil 2 », version 2019, Capcom a très bien travaillé et peut se vanter d’être dans les premiers de la classe. On a le droit à un remake de haut standing comme on aimerait en voir plus souvent.

« Resident Evil 2 », c’est le survival-horror par excellence des années 90. Suite du brillantissime « Resident Evil », premier du nom, qui avait invité un genre à lui tout seul, « RE2 » améliorait la formule pour en donner encore plus aux joueurs. Plus dynamique, mieux conçu avec une progression plus agréable et immersive. « RE2 » était un chef-d’œuvre de la Playstation 1. Jeu à la 3ème personne avec des caméras en plan fixe, « RE2 » n’était pas le jeu le plus simple à prendre en main. La nouvelle version change carrément de point de vue pour amener l’horreur encore plus près des joueurs. C’est toujours un jeu à la 3ème personne, mais avec vue au-dessus de l’épaule comme la plupart des TPS d’aujourd’hui et ça change tout.

D’un point de vue de l’immersion dans le jeu, c’est dix fois plus puissant. Dès les premiers pas, la tension est palpable. On avance d’un pas hésitant. Munie d’une simple lampe de poche, d’un pistolet et d’une dizaine de balles. Pas de quoi faire long face au danger. Pas après pas, on sent la pression monter et que cela va arriver. Et tout à coup, bim, le premier zombie arrive et c’est la panique totale. Il est entre moi et la sortie. Pas le choix, faut attaquer. Je vise la tête, mais je tire à côté. Je finis par le toucher, mais il résiste. 1,2, 3 balles dans la tête et il s’avance toujours vers moins. Finalement, il tombe, je décide de l’enjamber. Erreur… Voilà ce à quoi nous habitue « Resident Evil 2 » dès le début. Le ton est donné. Des sensations de stress ultimes. Ceux qui aiment le genre seront aux anges.

Resident Evil 2
Disponible sur PC, PS4, Xbox One