Alex Poyas met en scène une aventure qui prend pour cadre l’Egypte des Pharaons. Cette histoire fantastique est originale, les effets spéciaux sont incroyables, mais le résultat n’est pas au niveau des attentes…


L’Egypte, berceau de la civilisation est un paradis digne des Dieux qui l’ont constitué. Ces Dieux qui ont le pouvoir de se transformer en bêtes féroces, vivent en harmonie avec les Hommes dans un pays partagé entre deux puissances. Osiris, Dieu de la vie, est propriétaire des terres fertiles du Nil. Son frère, Seth, Dieu de la confusion, du désordre et de la perturbation, vit dans une contrée beaucoup plus éloignée, une sorte de désert stérile, peu sympathique. L’histoire commence par le couronnement du fils d’Osiris, Horus, le Dieu protecteur et dynastique à tête de faucon. Une foule nombreuse se presse pour assister à l’événement. Malheureusement, le Dieu Seth, jaloux, s’oppose à cette passation de pouvoir et vient jouer les trouble-fête. Accompagné d’une armée de guerriers, il prend le pouvoir par la force et assassine son frère d’un coup de poignard. Horus est quant à lui, envoyé en prison. C’est un jeune voleur dénommé Bek qui va le sortir de là. Ensemble, ils vont se lancer dans une aventure épique qui donnera lieu à une guerre d’une violence inouïe !

Ce nouveau long-métrage du réalisateur gréco-égyptien, Alex Poyas, à qui l’on doit quelques bons films de science-fiction, tels que «I Robot» en 2004 et «Prédictions» en 2009, est doté d’effets spéciaux exceptionnels. Cependant, le scénario est bâclé. De son côté, l’histoire est composée de nombreux combats à l’épée ou mains nues. Les héros de l’histoire ne sont pas avares de cascades en tout genre et celles-ci ne sont pas toujours très réalistes.

Si le thème principal est plutôt bien choisi, on peut regretter les nombreux anachronismes et les scènes invraisemblables de cette production qui tient plus du film de super-héros que de la fiction historique. Les actrices, qui tiennent les rôles de Déesses, ont, pour la plupart, passé par la chirurgie esthétique. Quant aux hommes, ceux-ci semblent tout droit sortis de chez le coiffeur.

Gérard Butler qui tient le rôle de Seth est le meilleur acteur sur scène. Il reprend un personnage proche de celui qu’il a tenu dans le film «300» sorti en 2007. Nicolaj Coster-Waldau, l’interprète d’Horus, est beaucoup moins convainquant que lui. Il est assisté du jeune acteur australien Brenton Thwaites, connu pour avoir interprété un prisonnier dans «Son of a Gun» aux côtés de Ewan McGregor.

«Gods of Egypt» dont le budget est estimé à 140 millions de dollars, a subi de nombreuses critiques lors de sa sortie aux Etats-Unis. Le réalisateur a dû défendre son film à de nombreuses reprises sur les réseaux sociaux, entre autres, sur Facebook.

De grandes sociétés spécialisées dans les effets d’animation visuels ont grandement contribué à la qualité des images fournies. Tippett Studios s’est chargé de l’animation en stop-motion et en images de synthèse avec l’aide des studios australiens Lloura et Rising Sun. La «Aaron Sims 5 Company» a joué un rôle prépondérant dans la création des personnages. Quant à Rodeo FX, il a apporté son expertise pour la construction des environnements et des décors du film.

Tourné en Australie au printemps 2014, ce film sort actuellement en DVD et contient quelques bonus tels que, la bande annonce, le reportage «Des Dieux et des Hommes», ainsi que des infos sur le casting et le tournage.

Réalisé par Alex Proyas
Avec: Nikolaj Coster-Waldau (Horus), Gerard Butler (Seth), Brenton Thwaites (Bek), Geoffrey Rush (Ra), Courtney Eaton (Zaya), Elodie Yung (Hathor), Chadwick Boseman (Thoth), Rufus Sewell (Urshu), Goran D. Kleut (Anubis), Abbey Lee (Astarte), Yaya Deng (Anat), Bryan  Brown (Osiris), Rachael Blake (Isis), Emma Booth (Nephtys),  & Robyn Nevin (Sharifa).
Distribué par Disques office

« Gods of Egypt » ou plutôt…les Dieux de la déception !
2.5Note Finale

A propos de l'auteur

Le cinéma est un lieu merveilleux, on y trouve de tout: des comédies (mon genre préféré), des films d'auteurs (que j'apprécie pour leur diversité), des documentaires plus ou moins passionnants, des blockbusters et d'autres types de films. Fan du cinéma français et des pays latins, j'en ai fait ma spécialité. Rédacteur depuis de nombreuses années, j'aime partager mes connaissances et découvertes. «Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut» Claude Lelouch

Articles similaires