La saga arrive enfin aux portes d’une révolte qui se déploie de façon efficace grâce à son ton dramatique et à l’interprétation de Jennifer Lawrence. Cette fin en deux parties laisse toutefois perplexe.

Après avoir mis fin aux Jeux dans le film précédent, Katniss (Jennifer Lawrence) se réfugie auprès des rebelles dans le secteur 13, un espace sous-terrain dirigé par la Présidente Coin (Julianne Moore). Bien qu’affectée et affaiblie par les événements passés, la jeune héroïne se voit affublée d’une nouvelle tâche d’envergure : devenir le symbole de la révolution contre le Capitole pour rallier les autres secteurs au combat. Tandis que le Président Snow (Donald Sutherland), lui, utilise Peeta (Josh Hutcherson), capturé à la fin du second volet, comme moyen de pression pour la dissuader d’agir.

Tout comme dans les sagas « Twilight » et « Harry Potter », la franchise a décidé de diviser le dernier tome de cette trilogie en deux parties. Un parti pris économique afin d’assurer un maximum de rentrée d’argent, qui a pour conséquence fâcheuse d’appauvrir la narration. Ce troisième volets s’affranchit par ailleurs de l’arène, en somme, de l’accroche des deux premiers volets. Les scènes d’action, le sentiment d’oppression et de lutte pour la survie s’en retrouvent amoindris. Toutefois, ceux-ci sont ici compensés par des passages sombres, riches en tensions psychologiques et en émotion. Le spectateur est mis face à la réalité d’une guerre imminente, avec ses morts, ses sacrifices et ses dégâts collatéraux. Mais avant de mener une guerre, il faut d’abord l’organiser, inciter la population à se joindre à cette cause par le biais de la propagande. Et c’est effectivement cette première partie de la révolte qui est présentée dans cet avant-dernier blockbuster.

Du côté des personnages, Katniss gagne en consistance. Elle pose son arc et ses flèches pour s’éloigne du personnage de Xena, la guerrière. On découvre alors une Katniss plus touchante, à hauteur d’homme, mais comme toujours dépassée par les événements. Jennifer Lawrence continue à remplir son rôle en donnant vie à cette adolescente. Mais une adolescente plus sombre, plus instable et émouvante, qui malgré les épreuves traversées, continue à faire preuve de bravoure et de volonté pour sauver ceux qu’elle aime. Des nuances brillamment amenées par l’actrice. Avec cette fin en deux parties et le casting prestigieux du film (Woody Harrelson, Philip Seymour Hoffman, Julianne Moore, Donald Sutherland), on se serait toutefois attendu à ce que les autres personnages soient plus présents et développés, ce qui n’est malheureusement pas le cas. Peut-être la perte inattendue de Philip Seymour Hoffman en est une cause.

Mais « Hunger Games 3 : La Révolte – partie 1 » s’en sort quand même bien. En particulier, grâce au développement dramatique du scénario et à la prestation de son actrice vedette. Force est de considérer ce film comme une mise en bouche à une finale, qui sera, on l’espère, explosive. Rendez-vous donc en novembre prochain, à la sortie de  « Hunger Games 4 : La Révolte – partie 2 » pour le fin mot de l’histoire.

Hunger Games – La Révolte : 1ère Partie
De Francis Lawrence
Avec Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Philip Seymour Hoffman
Impuls
Sortie le 19/11

www.facebook.com/hungergames.lefilm