« I am truly a drop of sun on earth » dessine le rapprochement de deux êtres perdus dans le délabrement de la capitale géorgienne.


À la marge des marges, celle de l’Europe d’abord, en Géorgie, pays périphérique à l’économie en berne. Celle de sa société ensuite, dans sa capitale en ruine où cohabitent les précarités de toute sorte. Dans ce cadre sévère, à la fois magnifié et rendu plus rude encore par le noir et blanc de l’image, la réalisatrice Elene Naveriani filme le désœuvrement des êtres, car le chômage abonde et les perspectives s’effilent. Les filles n’ont d’autre choix que de se prostituer, provoquant ainsi des allers-retours avec la prison, car leur activité est illégale. Pour ne rien arranger, plane un climat de violence faîte aux femmes, des corps étant retrouvés dans les zones en friche. April, beauté désabusée, se démène tant bien que mal dans ce milieu. Elle rencontre un jeune nigérian, échoué ici alors qu’on lui avait promis la Géorgie américaine.

Ce n’est pas vraiment de l’amour qui les unit, plutôt une timide tendresse, celle des êtres chancelants qui reconnaissent en l’autre un compagnon d’infortune. « I am truly a drop of sun on earth » arrive comme une lueur solaire dans un ciel gris.

I am truly a drop of sun on earth (Drop of sun)
CH   –   2017   –   61 Min.   –   Drama
Réalisateur: Elene Naveriani
Acteur: Kakha Nozadze, Daniel Antony Onwuka
Sister Distribution
21.03.2018 au cinéma

I am truly a drop of sun on earth : une lueur solaire dans un ciel gris.
4.0Note Finale