Nathalie Pêcheux est une belle quadra, professeure de lettre, divorcée, mère d’une jeune fille de 18 ans, Mathilde, danseuse classique.


D’un jour à l’autre, elle n’assume plus de prendre de l’âge et ne supporte plus le bonheur des autres. Commence alors une descente phénoménale dans les abysses de la jalousie. Sa première victime est naturellement sa fille, dont elle ne supporte pas qu’elle ait un petit ami et une vie de couple avec Félix tout en harmonie. 
Elle commence à distiller son venin auprès de ce dernier en lui disant qu’elle est heureuse que sa fille se soit enfin stabilisée et qu’elle arrive à garder son copain aussi longtemps.
Puis, elle s’en prend à sa meilleure amie en lui expliquant qu’elle avait croisé son mari en train de faire du shopping avec une jeune fille.
Ensuite, c’est dans le lycée où elle enseigne qu’elle ne supporte pas la dernière arrivée, jeune, jolie, et surtout pleine d’initiatives.
Lorsque son médecin lui explique que ses sautes d’humeur et son changement de caractère sont dus à la préménopause, et qu’un psy pourrait l’aider à traverser cette phase compliquée, elle ne l’entend pas et continue dans sa voie de vipère. Jusqu’au jour où un drame éclate et que le vide s’installe autour d’elle.
Karin Viard, pétillante, malicieuse et hors du temps campe le rôle de Nathalie, parfaitement à l’aise dans ce rôle à facettes multiples. Tous les acteurs font une excellente prestation dans ce film situé entre comédie et drame qui a reçu 3 nominations.
De belles scènes de danse classique, un beau portrait de femme qui traverse une période faite de doutes et de déprime. Des situations tragi-comiques, risibles et parfois dramatiques qui ne s’éloignent jamais vraiment d’un réalisme psychologique frappant. 
Jubilatoire !

Bonus : Making of, clip Jealous

  • De David et Stéphane Foenkinos
  • Avec Karin Viard, Dara Tombroff, Anne Dorval, Thibault de Montalembert, Bruno Todeschini
  • StudioCanal
Jalouse : un venin qui se distille avec humour
4.0Note Finale