Depuis le désastre sur Isla Nublar en 2015 qui a fermé définitivement la super attraction imaginée par John Hammond et sublimée par Simon Masrani, le volcan de l’île décide de se réveiller et de mettre ainsi la vie des dinosaures rescapés en péril. Claire Dearing, l’ex responsable du parc, est à la tête d’une association de défense pour les droits de ces dinosaures. Le gouvernement américain décide de ne pas intervenir pour leur sauvegarde, sur les recommandations du professeur Ian Malcolm, et de laisser l’extinction naturelle volcanique rectifier l’histoire. Mais un certain Benjamin Lockwood, ancien ami de John Hammond, ne l’entend pas ainsi et demande à Claire de diriger une opération de secours. Naturellement, elle va se tourner vers Owen Grady pour apprivoiser Blue, toujours captive de Isla Nublar.

Pour ce sixième volet de l’univers des dinosaures, largement adapté des romans Jurassic Park et Le Monde Perdu du romancier Michael Crichton par Steven Spielberg, les effets spéciaux et l’action n’est pas économisée comme de bien entendu. C’est avec plaisir que nous retrouvons le combat éternel entre les gentils nickel et les méchants bien vicelards.

On découvre aussi un élément du passé de John Hammond avec le personnage de Benjamin Lockwood, vieil idéaliste également plein aux as vivant avec sa petite-fille Maisie, qui a participé au rêve Jurassic Park, avant d’en être écarté après une discorde avec le roi des dinosaures. On s’enfonce aussi plus dans l’enfance de Blue et de ses capacités cognitives au-dessus de la moyenne résultantes de son éducation par Owen Grady. Cet opus est plus personnel quant à l’histoire des personnages phares de Jurassic Park et World, pour le plus grand bonheur des fans indétrônables. En fin de film et comme l’espère les fanas de dinos, la saga n’est pas terminée. Victoire ! On n’allait quand même pas lâcher le morceau comme ça, même si, il faut bien l’admettre, Universal comme d’autres boîtes de production est du genre à vider le tube de mayo jusqu’au bout et de racler encore le cadavre de l’emballage.

Après, les films du genre ne sont, pour la plupart, qu’un ramassis de bêtises réchauffées. Du coup, le créneau est assez vide en qualité. Heureusement, la famille du Jurassic est là. Vivement la suite !

Jurassic World: Fallen Kingdom
USA   –   2018   –   Action
Réalisateur: J.A. Bayona
Acteur: Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, BD Wong, James Cromwell, Ted Levine, Justice Smith, Geraldine Chaplin, Daniella Pineda, Toby Jones, Rafe Spall et Jeff Goldblum
© Universal Pictures International Switzerland. All Rights Reserved.
06.06.2018 au cinéma

Jurassic World: Fallen Kingdom – Sauvetage de Dinosaures
5.0Note Finale

A propos de l'auteur

Cinéphile passionnée, écrivaine et musicienne depuis son enfance, elle offre son âme d’écorchée vive au besoin de l’art et de la transmission de ses émotions. Voter folie est-elle la même ?

Articles similaires