Kingsman


Dans la lignée de Kick Ass, Matthew Vaughn met en scène des agents secrets très spéciaux dans Kingsman : The Secret Service, un film d’action trash rythmé par un humour acerbe et un sens effréné de la mise en scène.


Après avoir brillamment fait revivre les super-héros nouvelle génération dans X-men : Le commencement et cassé les codes du genre avec Kick Ass, le réalisateur britannique s’attaque à des agents secrets au look d’aristocrates anglais. Colin Firth trouve son premier rôle d’action en incarnant Harry Hart, meilleur agent des Kingsman, et doit déjouer les plans du criminel au cheveu sur la langue, Richmond Valentine (Samuel L. Jackson), en se battant notamment contre les prothèses jambières aiguisées de son assistante. En parallèle, l’organisation secrète est à la recherche de sang neuf dans ses rangs. Eggsy (Taron Egerton), un jeune délinquant de la banlieue londonienne et également fils d’un agent mort au combat, commence peu à peu à trouver sa place chez les Kingsman.

Kingsman-The-Secret-Service-2015-4

Cette adaptation de la bande dessinée de Mark Millar et Dave Gibbons de 2012 est une très bonne surprise. De la caméra frénétique de Vaughn, qui maîtrise avec inventivité les scènes de combats en usant de longs plans – mention spéciale à la tuerie collective dans une église, pratiquement en plan-séquence – en passant par des dialogues et des situations politiquement incorrectes, au casting impeccable révélant le jeune acteur Taron Egerton, Kingsman : The Secret Service est ce qu’il y a de plus jouissif au cinéma. Exploitant les codes du blockbuster et du film d’espionnage, Matthew Vaughn amène une fraicheur et un décalage assumés, jouant sur les registres humoristiques et parfois dramatiques, rappelant ainsi le schéma maitrisé de Kick Ass.

Le réalisateur rend hommage aux James Bond et à l’humour british proche de Guy Ritchie, tout en y insufflant un coté trash et très cru. Extrême et potache dans certaines scènes, le long-métrage risque de laisser au carreau un certain nombre de spectateurs de part son second degré et son humour grossissant les clichés du film d’action. Le scénario, dont les ficelles sont un peu grosses, demeure très efficace et bien rythmé.

KINGSMAN-THE-SECRET-SERVICE_

Coté casting, Colin Firth enfile avec aisance le costume trois pièces pare-balles de son personnage, taillé sur mesure pour l’acteur, tandis que l’on découvre le très prometteur Taron Edgerton – d’ailleurs pressenti pour enfiler les collants rouges du futur (nouvel) homme araignée. Mark Strong est impeccable dans un rôle de gentil (pour une fois!) et Samuel L. Jackson s’avère hilarant, créant un personnage caricatural aux baskets et casquettes New Yorker ayant quelques soucis de prononciation. Vaughn développe d’ailleurs très bien la relation entre ses personnages et leurs motivations. Passé les cascades, explosions en tous genres et humour en dessous de la ceinture, quelques thèmes plus graves et retournements de situation sont amenés avec subtilité.

Kingsman

Même si le Britannique emprunte des codes classiques du genre et rend hommage à un certain cinéma, son identité ne cesse de s’affirmer et prouve une fois de plus son talent d’adaptation et d’écriture. Malgré quelques fautes de goûts visuels et humoristiques, on ne boude pas pour autant notre plaisir. Reste à savoir si le film de Guy Ritchie à paraître cet été, également sur des agents secrets, sera à la hauteur.

Kingsman : The Secret Service
De Matthew Vaughn
Avec Colin Firth, Samuel L. Jackson,
Taron Egerton, Mark Strong,
Sortie le 18/02

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=kl8F-8tR8to]