20.4 C
Munich
mercredi, mai 29, 2024
- Publicité -

La plus belle pour aller danser : Subterfuge !

Alain Baruh
Alain Baruh
Le cinéma est un lieu merveilleux, on y trouve de tout: des comédies (mon genre préféré), des films d'auteurs (que j'apprécie pour leur diversité), des documentaires plus ou moins passionnants, des blockbusters et d'autres types de films. Fan du cinéma français et des pays latins, j'en ai fait ma spécialité. Rédacteur depuis de nombreuses années, j'aime partager mes connaissances et découvertes. «Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut» Claude Lelouch

La comédie dramatique de Victoria Bedos raconte comment une jeune adolescente joue la dualité fille-garçon, pour être mieux considérée au lycée et séduire la personne qui la fait rêver.


Marie-Luce Bison, jeune fille timide, a grandi dans la maison de retraite des « Hortensias » que son père gère sans aide extérieure. Mal dans sa peau, l’adolescente âgée de quatorze ans a perdu sa mère victime d’une terrible maladie alors qu’elle venait à peine de faire ses premiers pas dans la vie.

Traumatisée par cette absence et délaissée sentimentalement par son père surchargé par les besoins des pensionnaires, elle espère trouver refuge dans les réseaux sociaux pour communiquer avec des jeunes de son âge, sans résultat probant.

Excitée malgré tout à l’idée de commencer ses études au lycée et de rencontrer de nouvelles têtes, Marie-Luce déchante rapidement. Les filles de sa classe la snobent totalement et le nouveau venu dont elle est tombée éperdument amoureuse, au premier regard, ne semble pas plus s’intéresser à elle.

Une fête privée organisée pour la rentrée scolaire va lui permettre d’améliorer la situation. L’idée lui est venue d’Albert, son pensionnaire et ami préféré. Ce vieil homme cultivé, ancien résistant, lui a fait comprendre qu’il ne faut jamais abandonner dans la vie, au contraire il la motive à enfoncer des portes quelle qu’en soit la méthode.

Prise au jeu d’un déguisement qui lui a permis d’être le centre d’attention de la soirée étudiante, Marie-Luce ne compte pas se séparer du personnage masculin qu’elle a créé de toute pièce et qui la rend si populaire aux yeux de tous…

Après avoir écrit La Famille Bélier, la journaliste, chanteuse et comédienne Victoria Bedos a rejoint, avec La Plus belle pour aller danser, la longue liste des scénaristes qui ont passé à la mise en scène. Le titre initial du film était Léo et moi mais, les cinéastes ont finalement opté pour un nom plus chantant (Tirée d’une mélodie de Sylvie Vartan).

Lorsqu’on lui a proposé d’adapter un roman ayant pour sujet principal une ado qui ne se trouvait pas belle et qui était harcelée, l’idée a tout de suite intéressé la réalisatrice, mais elle y a apporté quelques modifications personnelles. C’est ainsi qu’est née l’idée de masculin-féminin avec cette adolescente pour qui, tout est compliqué en tant que fille mais si simple en garçon.

Victoria Bedos a voulu concevoir une histoire dans laquelle un père n’arrive pas à s’occuper de sa fille parce qu’il exerce une activité professionnelle qui l’accapare et le passionne. Il fallait que ce métier lui permette de s’y noyer pour fuir la réalité (son deuil et sa fille). Toutefois, il était aussi nécessaire que cette profession soit une cause noble. Cette manière de vieillir ensemble, comme à la maison, en communauté a séduit la réalisatrice qui a voulu en faire la base principale de son film. Ces séniors qui gravitent autour de Marie-Luce sont traités comme des membres de sa famille qui l’aident à grandir.

Brune Moulin, qui interprète Marie-Luce a été sélectionnée parmi de nombreuses prétendantes. Six mois ont été nécessaires pour trouver la perle rare. Il fallait que l’actrice principale soit une adolescente capable de jouer deux rôles, l’un qui exprime un mal-être profond et l’autre avec un charisme irrésistible, ce qui n’est pas évident pour une personne de son âge. Physiquement, la jeune actrice devait paraitre réelle aussi bien en fille qu’en garçon, avoir un don absolu pour le jeu, de l’aisance et être capable de donner par sa présence de la magie à l’histoire.

Au casting, nous trouvons de grands comédiens français. Philippe Katerine n’est plus à présenter. Très actif ces dernières années (46 films et séries tournées en 20 ans de carrière) le comédien-chanteur est parfait dans le rôle du gentil père qui ne sait pas s’y prendre avec les enfants. A ses côtés nous trouvons l’excellent Pierre Richard qui joue ici le genre de rôle qu’il affectionne. Son personnage, Albert est à la fois drôle et émouvant. C’est lui le vrai pilier de l’histoire, car il gère non seulement les relations des résidents mais trouve également des solutions aux problèmes. Guy Marchand est également de la partie. On le retrouve dans le rôle d’un vieux retraité grincheux.

Présentée comme une pièce de théâtre en référence au « jeu de l’amour et du hasard » de Marivaux (qui est une référence dans le film) mais avec beaucoup de scènes en extérieur, cette comédie familiale est agréable à regarder. Il y a beaucoup de rythme, quelques surprises, une bonne dose d’humour et un peu de morale. 

Ce long-métrage original primé au Festival International du film de l’Alpe d’Huez (Prix d’interprétation féminine) a malgré de nombreux passages amusants, une connotation sérieuse. De nombreux thèmes sont abordés dans le film tels que : la vie des séniors, le danger des réseaux sociaux, le harcèlement scolaire, les rapports garçons-filles et les préférences sexuelles en général.

La Plus belle pour aller danser
FR – BE – 1h 32min – Comédie
De Victoria Bedos
Avec Brune Moulin, Philippe Katerine, Pierre Richard…
Praesens Film
19.04.2023 au cinéma

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -