Un groupe d’amis anciens activistes suisses se retrouvent pour faire le point de leur engagement politique au travers du tournage d’un film documentaire de l’un d’entre eux, André. 50 ans après Mai 68, qui a aussi eu ses heures de gloire sur le sol helvétique, le constat est que ces idéalistes n’ont rien perdu de leur fougue pour la plupart du moins. Étant à la base de l’initiative de 1971 du service civil suisse, ces pionniers du GSsA (Groupe Suisse sans Armée) se mobilisent pour l’initiative devant être votée le 23 juin 2019 pour cesser l’exportation d’armes. Leurs retrouvailles vont réveiller des passions, rouvrir des plaies, stimuler du courage et affronter la réalité du temps qui passe.

D’un œil humoristique et terriblement réaliste, ce film tourné comme un documentaire privé souffle sur le cinéma suisse un air vivifiant d’espoir. Non, rien n’est fini, on ne lâche rien ! En prenant, le sujet de l’armée suisse et plus précisément d’une armée professionnelle, le scénario nous fait plonger dans le tourbillon de la révolution. Une révolte vieille comme le monde et qui pourtant lutte toujours contre l’intérêt égoïste des quelques privilégiés vouant apparemment leur existence à pourrir celle des autres. Une vie est une vie. La guerre est une saloperie et comme le dit un vieux slogan encore hélas d’actualité : L’Armée ça tue, ça pollue et ça rend con. Simple ? Oui, mais pas facile. Combien de vies épargnées sans l’existence de cette énorme industrie mondiale qu’est la guerre ? La Suisse ne devrait pas de par sa nature et sa position sociale participer à l’armement du monde.

Un Pays neutre doit l’être entièrement ou pas du tout. La votation pour l’initiative contre l’exportation d’armes suisse a été rejetée à 68,8 %. En principe, les révolutions sont instiguées par les peuples certes et menées par la jeunesse en quête d’un monde meilleur quant à la considération de l’avenir de tous. Pourtant, c’est ici bien des anciens qui se relèvent pour crier à l’ignominie, à l’injustice et à l’absurde. Ça en dit long sur notre société actuelle que ce soit ici ou ailleurs. Le fait d’avoir choisi un biais humoristique est extrêmement intelligent. Car par le rire et l’absurde, tous les messages peuvent passer, espérons ensuite qu’ils imprègnent suffisamment les esprits pour que le changement opère enfin. Notre avenir changera et s’améliorera à condition que tout le monde s’y mette. Ceux et celles qui ne tentent rien, n’ont rien. Maxime bien connue et pourtant si occultée

À noter que le titre n’a pas grand-chose à voir avec l’ensemble du film ou alors peut-être afin de faire le buzz pour améliorer sa publicité. De ce point de vue, ça devrait marcher !

Avant-premières :
Dimanche 22.09. à 17h00 au Cinéma Eden, Château d’Oex
Mardi 24.09. à 20h30 au Cinéma Bio, Carouge
Mercredi 25.09. au Cinéma La Grange, Delémont
Jeudi 26.09. à 20h00 au Cinéma Minimum, Neuchâtel
Vendredi 27.09. à 20h00 au Zinema, Lausanne
Samedi 28.09. à 17h00 au Cinéma Grain de Sel, Bex
Dimanche 29.09. à 18h00 au Cinéma Oron
Mercredi 02.10. à 18h30 au Cinéma Astor, Vevey
Vendredi 04.10. à 18h30 au Cinéma Plaza, Monthey

La preuve scientifique de l’existence de Dieu
CH   –   2019   –   90 Min.   –   Comedy
Réalisateur: Fred Baillif
Acteur: Jean-Luc Bideau, Paulo dos Santos
Aardvark Film
25.09.2019 au cinéma

"La preuve scientifique de l'existence de Dieu" : Militants et vieilles dentelles
4.0Note Finale

A propos de l'auteur

Cinéphile passionnée, écrivaine et musicienne depuis son enfance, elle offre son âme d’écorchée vive au besoin de l’art et de la transmission de ses émotions. Voter folie est-elle la même ?

Articles similaires