La compétition entre les cinémas indépendants et les multiplex est relancée mais cette fois-ci avec une nouvelle stratégie : le service et la qualité seront à l’honneur !


Nous les avions presque oubliées ou on les avait déjà ajoutées dans la longue liste des salles genevoises disparues. Mais elles sont bien de retour pour contre-attaquer le marché du cinéma à Genève, tout simplement en se mettant à jour avec un meilleur service et une qualité technique accrue, adaptée aux films d’aujourd’hui.

Quelques mois d’absence ont été nécessaires pour rendre les salles comme neuves et tout semble prêt pour accueillir le public dès le mercredi 30 novembre. Et ce qu’on peut déjà dire, c’est qu’on est agréablement surpris lorsqu’on arrive pour la première fois au cinéma City qui se trouve à la place des Eaux-Vives et au Cinelux dans le quartier de la Jonction. En effet, on constate un grand changement qui choque presque, car on est plus face à des salles de quartier mais bien dans des salles de cinéma moderne qui pourraient appartenir à un multiplexe.

Rénovation du City des Eaux-Vives

Rénovation du City des Eaux-Vives

Le City cosy
Du côté de l’entrée du City, par exemple, rien à voir avec celle de l’ancienne salle, nous nous retrouvons face à une façade lumineuse très chic qui se remarque de très loin, un nouveau bar accueillant fait son apparition et enfin un toilette pour handicapés a été installé. Ensuite, dans la salle proprement dite, des gradins lumineux nous amènent vers les nouveaux sièges de velours qui sentent encore le neuf, illuminant d’un orange flamboyant. Et oui, on ne se refuse rien ! Une fois assis confortablement, le nouvel écran bien plus large qu’avant s’offre à nous.

Parmi les changements de taille, on peut constater que des 196 places de l’ancien City on est passé à 170 fauteuils plus larges et plus confortables, avec plus d’espace pour les jambes. Si du côté de la salle de projection des changements techniques avaient déjà été effectués pour passer au numérique, cette fois-ci, la salle compte sur une bien meilleure qualité sonore et une acoustique améliorée pour assurer la bonne diffusion des films.

Le Petit Poucet Cinélux !
Il faut dire qu’à Genève, on a souvent tendance à oublier les plus petits et dans la lutte pour leur survie des petites salles, le Cinélux du quartier de la Jonction essaie de trouver son chemin. Et il semblerait qu’avec les améliorations apportées à la salle, le Petit Poucet des cinémas genevois ait enfin chaussé ses bottes de sept lieues. C’est ainsi qu’on constate le nouveau virage pris par le petit cinéma de la Jonction qui ne se laisse pas oublier face à la concurrence. Dès le 30 novembre, les spectateurs du quartier et d’ailleurs pourront découvrir une nouvelle salle, bien plus grande que l’ancienne, avec un écran plus large et une caisse modernisée pour bien accueillir le public. L’isolation, grand défaut de l’ancienne salle, a été enfin modernisée ainsi que la ventilation, le chauffage et l’éclairage. Les fauteuils, tout comme pour le City, ont été remplacés par des fauteuils de velours jaune moutarde et la marquise rénovée. Tout est agréable à voir et tout comme pour le City, l’entrée du cinéma se remarque de très loin par son côté lumineux et un effet miroir qui incite le public à entrer. En somme, des façades très ressemblantes avec un design intérieur dans le même style pour les deux premières salles rénovées et pour cause, c’est le même architecte Antonio Carneiro qui est en charge du projet de rénovation des quatre salles indépendantes de Genève.

Un très beau travail accompli pour refaire vivre ces salles un peu abandonnées par le jeune public, spectateurs cibles de ces salles, mais nul doute que ces changements attireront la curiosité du public en général. Reste à savoir si la programmation restera la même.

Rénovation du Cinélux de la Jonction

Rénovation du Cinélux de la Jonction

Indépendants ou Multiplex ?
Des grosses subventions publiques ont été allouées pour améliorer la qualité des salles genevoises du City et du Cinelux, du Nord-Sud et des Scalas prévus en 2017. Vouées à disparaître face à la concurrence des multiplexes qui peuvent s’adapter facilement à la modernité des services, on peut se poser la question de l’utilisation des plus de 3 millions investis dans la nouvelle stratégie de ces salles.

C’est peut-être l’effet des fêtes de fin d’année, mais il n’est plus question de concurrence entre les cinémas indépendants et les multiplexes à Genève, car aujourd’hui on parle bien de collaboration entre les cinémas afin de proposer une alternative cinématographique pour le public. Une programmation moins grand public mais toute aussi intéressante que les films proposés par Pathé et les autres multiplexes. Une stratégie payante puisque le Cinelux, ces derniers années, a réussi à doubler le nombre d’entrées en proposant tout simplement de nouveaux événements, des débats autour des films et des métrages originaux qui n’ont pas forcément leur place dans le circuit traditionnelle de la distribution romande.

Grosse subvention publique/privée à rendre jaloux !
Les Scala, le Nord-Sud, le Cinélux et bien entendu le City font partie des quatre cinémas ayant bénéficié d’une importante aide financière de la Ville, soit 3,4 millions au total dont 2,5 millions de francs de fonds privés. « Une somme réunie et sans dépassement de budget grâce à l’implication des nombreuses personnes, dont l’architecte, qui ont beaucoup œuvré pour finaliser dans les temps les deux premières salles », assure Aude Vermeil, directrice de l’association Fonction: Cinéma et en charge du plan de financement des rénovations, lors de l’inauguration du City.

Mais le combat n’est pas encore fini car pour finaliser les travaux des deux dernières salles il reste encore à trouver 450’000 francs de fonds privés. Un trou budgétaire qui n’a pas empêché le lancement des travaux et serait dû aux coûts de coordination » et au projet « d’une deuxième salle au Nord-Sud, signale Aude Vermeil et qui en profite pour faire un appel au public et aux donateurs. Ces derniers ont la possibilité de sponsoriser un fauteuil de cinéma pour 1’000 francs et de voir ainsi leur nom écrit au dos du siège.