Le Fantôme de Canterville

Le prototype de la comédie française pas drôle, mal fichue et sans une once d’originalité : fuyez pauvres fous !


Présenté, hors compétition, au Festival International du Film Fantastique de Gérardmer 2016, « Le Fantôme de Canterville aurait peut-être dû suivre le principe du « hors » et rester simplement en dehors de nos vies. Réalisé par Yann Samuell, à qui l’on doit le sympathique « Jeux d’enfants », sorti en 2003 et qui parlait d’un couple ayant l’habitude de se lancer des défis en mode « cap ou pas cap », « Le Fantôme de Canterville » est sans nulle doute le résultat d’un de ces fameux « cap ou pas cap ». Vraisemblablement, on a dû le mettre au défi de nous proposer un film grotesque, joué par des acteurs archifaux et réalisé sans réelles notes d’intentions.

La famille Otis décide de quitter Paris, au grand dam de la fille aînée Virginia, pour emménager dans un château du 18ème siècle dans des contrées aussi lointaines que provinciales. Arrivée dans ce château, la famille se rend compte que celui-ci est hanté par Aliénor de Canterville et son fidèle valet Gwilherm. Cependant, il en faut plus pour inquiéter cette famille parisienne et Aliénor, échouant à les effrayer, perd vite patience. Virginia, qui veut rentrer à Paris le plus rapidement possible, décide de s’allier à elle et, ensemble, elles tentent le tout pour le tout pour vider la famille.

Pour le « cap ou pas cap » de prendre l’actrice la moins expérimentée au monde et, malheureusement donc pour elle, la plus mauvaise, Yann Samuell choisit tout naturellement Mathilde Daffe pour incarner Virginia. C’est toujours difficile de faire un premier film et elle s’en souviendra sûrement longtemps.

Pour le « cap ou pas cap » du plus mauvais running gag de l’année, Yann Samuell choisit le personnage de Gwilherm, qui nous rappelle toutes les 5 minutes qu’ils sont attaqués par des révolutionnaires. Déjà la première fois ce n’était pas drôle alors imaginez la blague sur 1h20 de film…

Le « cap ou pas cap » de ne prendre quasiment que de mauvaises décisions revient en toute logique à Yann Samuell, qui relève le défi facilement en se choisissant comme réalisateur de ce film.

On applaudit donc la performance de Monsieur Samuell et on lui lance un « cap ou pas cap » de proposer un bien meilleur film pour la prochaine fois.

Le Fantôme de Canterville

Le Fantôme de Canterville
De Yann Samuell
Avec Audrey Fleurot, Michaël Youn, Michèle Laroque, Lionnel Astier
JMH
Sortie le 06/04

« Le Fantôme de Canterville » vous hantera longtemps
0.5Note Finale