Retour dans son pays natal pour Matthias Schoenaerts qui porte « Le Fidèle » à part égale avec la Française Adèle Exarchopoulos. Le thriller aborde différents sujets avec des effets papillons souvent redoutables. Bien qu’il soit intense et tragique, il est trop long et complexe.


Dès que Gino croise Bénédicte, le coup de foudre s’en ressent. Qui plus est, ils ont une passion commune qu’est l’automobile. Mais Bénédicte sent rapidement que Gino cache un lourd secret, de ceux qui mettent votre vie et votre entourage en danger. Finalement, elle réussira à dénouer ces mystères et décidera malgré tout de rester fidèle envers Gino. Tout comme lui l’est vis-à-vis de Bénédicte. Ensemble, ils vont devoir survivre et se battre contre beaucoup de gens et de maux.

5 ans après son fameux « Bullhead » qui reçut de nombreux prix, le réalisateur belge Michaël R. Roskam continue sa lancée dans le suspense et le polar. Appréciant toujours sa collaboration avec l’acteur susmentionné, le cinéaste réussit enfin à finaliser son projet datant de 2007. En plus d’un scénario musclé, il n’hésita pas à demander aux principaux comédiens de se dénuder partiellement afin d’ajouter une touche d’intimité. Malheureusement, cette approche n’est pas forcément nécessaire, car elle apporte trop peu d’éléments quant à l’intrigue.

Car « Le Fidèle » a beau avoir une dose de violence proche de la réalité et certaines scènes d’action bluffaàntes, sa ligne de conduite a tendance à perdre le spectateur. Les sujets abordés sont intelligents mais trop étendus, car ils rallongent le temps du film provoquant quelques fois un sentiment d’ennui.

La séquence la plus impressionnante reste sans nul doute celle qui se déroule sur une autoroute. Un conteneur lâché brutalement provoque un gigantesque embouteillage et permet à l’équipe de Bénédicte de vandaliser un convoi très important pour eux. L’utilisation des armes lourdes et la coordination du groupe ajoute une indéniable intensité à ce moment. L’équipe technique en place a rudement bien mené ce projet qui devait être plutôt complexe à concrétiser.

Finalement, « Le Fidèle » exprime plusieurs morales intéressantes et originales. Qu’une personne se juge bonne ou mauvaise selon ses intentions et actes, l’amour à éprouver pour quelqu’un peut parfois, ne pas s’avérer être l’aide adéquate. Le long-métrage permet aussi au public de se rendre compte que la confiance en soi et ses proches permet d’avancer avec plus de forces. Mais surtout et tout comme le titre du réalisateur le survol, la fidélité envers son prochain est un aspect de soi permettant de vivre des instants de bonheur et de malheur à deux. Se sentir fidèle, c’est être relié avec quelqu’un intimement et partager beaucoup de sa vie.

À noter qu’un hommage est rendu à Dominique Wiche à la fin du film. Beaucoup de personnes risquent d’être perplexes faces à ce nom plutôt inconnu et clairement notifié. Madame Wiche était la maman du comédien Matthias Schoenaerts et le réalisateur a choisi de rendre hommage à ses personnes en émettant ouvertement le nom de cette femme. Il laisse ainsi le libre choix de faire quelques instants de silence par piété pour cette famille.

Le Fidèle
BEL   –   2017   –   Drama
Réalisateur: Michaël R. Roskam
Acteur: Matthias Schoenaerts, Adèle Exarchopoulos, Kerem Can, Sam Louwyck, Igor van Dessel, Dimitry Loubry
Praesens
08.11.2017 au cinéma

Le Fidèle : le nouveau polar dramatique belge
3.5Note Finale