Le Lausanne Underground Film Festival souffle ses bougies dans son repaire lausannois à l’occasion de ses 15 piges ! Le visuel de cette édition, élaboré par des enfants aux coups de crayons aiguisés, fait un pied de nez à cette année d’anniversaire. L’occasion d’affirmer une fois encore un goût pour l’irrévérence sous des faux airs de crise d’adolescence, avec une 15ème édition placée sous l’égide de l’audace et de l’indépendance.


La Cinémathèque suisse abritera comme chaque année 5 compétitions internationales : longs métrages, courts-métrages de fiction, animation, expérimental et documentaire. Ces dernières seront côtoyées par 5 cinéramas qui sentent bon la sueur et la bière chaude, à l’image d’un pré-ado assoiffé de révolte.

Danny Plotnick d’abord, sale gosse des années 80, dont les films indé sont autant de déclarations d’amour grivoises à la culture punk. Champion de la débrouille devenu maître dans le maniement du Super 8, low-budget oblige, son esthétique s’approche (presque) de la qualité 16 mm voyant ce matériau comme autant d’opportunités créatives.

L’univers animé de Phil Mulloy, habité de personnages monochromes à la silhouette humaine mais à la voix robotique, sera mis à l’honneur. Multiprimées en festival, ses animations sont aussi brutes que son discours est cynique. Mulloy distille une ironie acide qui décape, planche après planche, le monde qui nous entoure.

Cette édition est aussi l’occasion de fêter collectivement les 20 ans de la Fondation F.I.N.A.L.E, dédiée à la collecte de documents inspirés de l’érotisme, à travers le projet transversal « éros indéfiniment ». Le LUFF lui donne carte blanche pour un cycle de films qui ne demandent qu’à partager un bout de votre nuit. En parallèle, honneur sera aussi fait à l’actrice Christina Lindberg, égérie éphémère de l’industrie érotique suédoise des années 70.

Enfin, le cinérama autour du réalisateur Wakefield Poole viendra ponctuer cette programmation d’une touche porno-chic. Marquant les années 70 par son imagerie sex-positive, Poole a réuni autour de ses films un public passablement hétérogène, rompant avec le porno gay de l’époque. Hédonisme sexuel est le mot d’ordre de ses documents qui ont irradié le milieu gay américain et bien au-delà.

N’oublions pas toute la partie musicale du LUFF, dont les détails vous attendent sur le site officiel, ainsi que L’OFF et ses bizarreries performatives

15ème LUFF

15ème LUFF
Lausanne
Du 19/10 au 23/10
www.luff.ch
[Tiré du communiqué de presse]