Isabelle est une bénévole droguée à la reconnaissance. Elle est toujours là pour aider les plus nécessiteux qu’ils le veuillent ou non. Travaillant au sein d’un centre d’apprentissage de langues ouvert à tous les budgets, elle voit son équilibre ébranlé par une nouvelle et jeune enseignante aux méthodes innovantes et surtout au comportement discret. Cela lui renvoie une image plus sereine de son travail et de son engagement. La difficulté réside dans son besoin de combler par ses actions le manque affectif maternel dont elle a été privée.

Avec une vitrine de bénévolat sans tâche et des souffrances à tous les étages, nous voici en face d’une description souvent constatée du travail d’aide apporté par les classes aisées et bien-pensantes. Ce genre de comportement encrasse le véritable système solidaire au final. Les personnes comme le personnage d’Agnès Jaoui, qui au passage écorne son talent dans un costume étriqué, se lancent dans la misère des autres comme dans un carrousel aux mille merveilles jusqu’à en perdre la tête et le sens réel de leur altruisme, abandonnant dans le même temps le peu d’abnégation qu’elles avaient au départ.

Tourner le sujet de la précarité quelle que soit sa source, immigration, chômage, illettrisme, réfugiés, en comédie peut effectivement faire passer un message l’air de rien, seulement dans ce film, le personnage principal écarte toutes prises de conscience sociales au profit d’une critique de comportement.

Le scénario change même de cap à la fin. La morale reste donc assez floue : insister pour aider les autres même contre leur gré, sans écouter leurs réels besoins, de toute façon personne ne vous en voudra vraiment. Dommage, le sujet pouvait être intéressant, il reste effacé.

Les Bonnes Intentions
FR   –   2018   –   Comedy
Réalisateur: Gilles Legrand
Frenetic Films
21.11.2018 au cinéma

"Les Bonnes Intentions" : Le dévouement pour dépendance
3.0Note Finale