La belle Lucy (Scarlett Johansson), une étudiante naïve effectuant un semestre à Taipei, se voit contrainte de livrer une mallette à la mafia coréenne. Capturée par ces gangsters, elle devient malgré elle une « mule » chargée de transporter une drogue expérimentale dans un autre pays. Accidentellement, la substance se déverse dans son organisme qui l’absorbe et lui fait développer ses fonctions cérébrales ainsi que des capacités extraordinaires.

L’Homme n’utiliserait que 10% de son cerveau, telle est la prémisse (inexacte) sur laquelle repose tout le film de Luc Besson. Grâce à la drogue, Lucy utilise à 100% le potentiel de son esprit et défie les lois de la physique, ce qui est expliqué en parallèle par le scientifique joué par Morgan Freeman (à souligner que ce personnage ressemble beaucoup à celui de Joseph Tagger qu’il incarne dans « Transcendance »). En gardant bien à l’esprit qu’il s’agit ici d’une simple fiction, le film éblouit par son visuel intéressant et par sa capacité à nous tenir en haleine jusqu’à la fin. En effet, dès les premières minutes, le spectateur est plongé dans l’action avec une Scarlett Johansson vulnérable et impuissante face à ce qui lui arrive. L’actrice, unique personnage féminin du film, captive, émeut et incarne à la perfection cette femme qui au fur et à mesure que ses fonctions cérébrales augmentent, perd de manière paradoxale ses capacités émotionnelles. Toutefois, avec une Lucy déshumanisée et incapable d’apprécier ses propres superpouvoirs, il devient aussi difficile pour le spectateur de s’identifier à elle et de compatir. Ensuite, dès le moment où il devient évident que rien ni personne ne sera en mesure de l’arrêter, le film n’a plus réellement d’intérêt et les obstacles finissent par sembler n’être, finalement, que figuratifs. A cela on ajoute une fin trop abrupte qui laisse quelques questions en suspens. Mais en même temps, que sais-je ? Je n’utilise que 5 à 7 % de mes capacités cérébrales !

Malgré tout, « Lucy » reste un film explosif qui essaie de ne pas se limiter à nous montrer l’histoire d’une simple super-héroïne combattant des malfrats. Les scènes d’action sont violentes et sanglantes à souhait, ce qui est bien en accord avec le style « bessonnien ». Même si le scénario de Besson comporte quelques failles, on peut dire sans hésiter qu’il a réussi son pari en matière de divertissement.

Pays (Année) : France, USA (2014)
Genre: Action
Distributeur: Universal Pictures International Switzerland
Durée: 122min
Réalisation: Luc Besson
Avec: Scarlett Johansson, Morgan Freeman, Min-sik Choi, Pilou Asbæk, Claire Tran…

Sortie:    13.08.2014 (Romandie) – 14.08.2014 (Suisse All.) – 25.09.2014 (Tessin)

www.lucyfilm.ch