Les aventures d’Esteban, Zia et Tao nous emmènent toujours plus loin sur les pistes historiques et archéologiques des Incas. Cet opus commence avec l’arrivée de notre fameuse compagnie à bord du grand Condor, bien sûr, au Japon.

Avec une magie restée intacte, contrairement au générique retouché du bout des lèvres, c’est avec plaisir que nous suivons Esteban à travers un Japon à peine sortie du Moyen Age où les Samouraïs et leurs Shoguns règnent. Traditions et lois vont essayer de freiner la progression de la troupe pour la recherche des trésors enfouis et de la troisième Cité d’Or. La quête d’Esteban, pour mémoire, reste identique, car il n’a toujours pas donné satisfaction à Zarès afin de retrouver son père. L’espièglerie de Zia, les bourdes de Tao et la grandeur de Mendoza sont au rendez-vous. Même si les adeptes du dessin animé de base (hé oui le numérique n’existait pas encore) ont les yeux qui piquent un peu en regardant cette nouvelle version animée, la sauce des Cités d’Or n’a pas pris une ride. Cette série demeure passionnante pour petits et grands, avec pour chacun sa compréhension de l’intrigue, bien entendu. L’essence est conservée donc et semble vouloir le rester. Nous attendons avec impatience le dénouement tellement espéré pour Esteban bien sûr, mais également pour découvrir la particularité de la troisième Cité d’Or. Est-ce que ça sous-entend qu’il pourrait en y avoir d’autres ? Allez savoir, avec les scénaristes et les producteurs tout est possible, du moment que ça fait recette… Les quelques minutes pédagogiques existent toujours en fin d’épisode, avec leur lot d’informations super concentrées toujours aussi inutiles, car manquant cruellement de profondeur sur les sujets abordés, mais tellement nostalgique pour les parents. Petit bonus aussi pour expliquer, entre autre, comment la série s’est refait une beauté. À déguster en famille.

 

  • LES MYSTERIEUSES CITES D’OR
  • Saison 3/ Partie 1
  • Distrib. : Universal
LES MYSTERIEUSES CITES D’OR - Saison 3/ Partie 1
3.5Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.