Les ogres de Léa Fehner

Une troupe de théâtre ambulante va de ville en ville pour présenter son dernier spectacle. Partout où leur caravane s’arrête, ils sèment le désordre puis se disputent entre eux.


« Les ogres » est une production ennuyeuse à mourir dont la durée effective est exactement de 2 heures et 24 minutes. Le thème de base choisi par la jeune réalisatrice Léa Fehner est la vie intime d’une troupe itinérante vue de l’intérieur. Par cette réalisation nous découvrons le quotidien de ces artistes durant leur tournée dans l’Hexagone. Ce film aurait pu être réussi et beaucoup plus intéressant si il avait été réalisé autrement, car il était parti sur de bonnes bases.

L’histoire commence par un accident involontaire durant une représentation. Une acrobate se blesse grièvement et le chef de troupe n’a d’autre solution que de la faire remplacer rapidement. La seule opportunité qu’il trouve c’est de reprendre une ancienne artiste avec qui il avait eu une relation extra-conjugale. Cet engagement subit n’est pas du goût de sa femme qui se remémore des souvenirs douloureux.

Les ogres de Léa Fehner

Les ogres de Léa Fehner

Un autre couple de la troupe est en attente d’un heureux événement, la femme enceinte se rend régulièrement chez le médecin pour préparer son accouchement, son mari, lui, ne se réjouit pas autant. Eux aussi vont se remémorer des moments difficiles…

Le scénario est assez intéressant, mais la mise en scène est catastrophique. Tout dans ce film est excessif, que ce soit les chagrins, les provocations des protagonistes et les disputes. Les mouvements de caméras sont brusques et donnent le vertige, les acteurs hurlent constamment, la musique à l’accordéon est beaucoup trop forte et les personnages deviennent très vite insupportables. Les dialogues se veulent crus, violents et les sujets abordés très dérangeants. On a droit comme dans tout mauvais film qui se respecte à des gros plans sur des types qui vomissent, une kyrielle d’insultes ainsi que de la vulgarité et de la nudité inutiles. En fait après une demi-heure, on attend qu’une seule chose… le générique de fin !

Les ogres de Léa Fehner

Les ogres de Léa Fehner

C’est un cinéma où tout est permis : les acteurs font absolument ce qu’ils veulent, il n’y a plus de règles, tout est bordélique et anarchique. Le spectateur devra donc supporter – à moins d’aimer ce style particulier – ces crises hystériques, ces courses-poursuites à pied et en bagnole, ces scènes de ménage constantes et quelques coups de gueule violents. On comprend néanmoins ce regard à la fois tendre et sans fard de Léa Fehner pour ce milieu du théâtre itinérant quand on sait qu’elle y a grandi : dans les années 1990, ses parents se sont embarqués dans cette aventure avec une dizaine de caravanes, un chapiteau, une troupe et ils ont sillonné la France pour faire du théâtre. C’est par peur des conditions de travail difficiles propres à ce métier que la future cinéaste s’est dirigée vers le Septième Art. «Les Ogres» est son troisième long-métrage après «Qu’un seul tienne, les autres suivront» et «Sauf le silence».

Les ogres de Léa Fehner

Les ogres
De Léa Fehner
Avec Adèle Haenel, Marc Barbé, François Fehner, Marion Bouvarel, Inès Fehner, Lola Duenas, Philippe Cataix, Christelle Lehallier, Thierry De Chaunac, Nathakie Hauwelle.
Cineworx
Sortie le 13/04

« Les Ogres » : beaucoup de bruit pour rien
1.0Note Finale

A propos de l'auteur

Le cinéma est un lieu merveilleux, on y trouve de tout: des comédies (mon genre préféré), des films d'auteurs (que j'apprécie pour leur diversité), des documentaires plus ou moins passionnants, des blockbusters et d'autres types de films. Fan du cinéma français et des pays latins, j'en ai fait ma spécialité. Rédacteur depuis de nombreuses années, j'aime partager mes connaissances et découvertes. «Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut» Claude Lelouch

Articles similaires