Ondes expérimentales à la 24e édition du Videoex

A lire aussi

Daily Movies
Daily Movieshttp://www.daily-movies.ch
Daily Movies est à ce jour le magazine le plus complet en information cinéma, ciblant un large public de tous âges. Avec son format original et accessible gratuitement ou en abonnement grâce à ses différents partenaires, Daily Movies est l’un des moyens privilégiés permettant à de nombreuses personnes d’être informées de l’actualité cinématographique en Suisse.

La 24e édition du Videoex Experimental Film & Video Festival aura lieu cette année du 21 au 29 mai 2022. Videoex est le seul festival suisse qui se consacre explicitement à la création de films et de vidéos expérimentaux et qui, de par cette orientation, se trouve à l’important point de jonction entre l’art et le cinéma.


Chaque année, le festival offre une plateforme unique aux artistes de Suisse et présente des perles nationales à l’écran, comme dans le Focus CH, qui présente cette année les travaux de la Zurichoise Anka Schmid.  Les œuvres de cette artiste à la frontière entre le cinéma et l’art ont été présentées dans des festivals internationaux comme Locarno, Nyon, Berlinale, San Francisco, Chicago ou Sundance. Ce qui caractérise particulièrement ses films, c’est la transformation des réalités vécues en un monde intermédiaire affectif, voire magique. Des questions critiques sur la société, entre individualité et cohabitation, monde intérieur et monde extérieur, folie et raison, inclusion et exclusion, seront présentées dans une émission spéciale en collaboration avec Video Window : Le repli sur soi des individus et des groupes face à la communauté comme leitmotiv relie les œuvres Superposition (2022) de Christoph Oertli et les vidéos jumelles Casulo (cocon, 2019) et Palco (scène, 2019) du duo brésilo-suisse Dias & Riedweg. La compétition suisse présente un instantané enivrant de la création cinématographique expérimentale nationale. Lors de la table ronde, des spécialistes discuteront de la manière dont les œuvres analogiques peuvent être conservées et rendues accessibles, et comment réussir un archivage durable. L’âge des premières œuvres cinématographiques et vidéo suisses rend la question du stockage et de la conservation urgente.

Avec le programme d’invités ARAB WAVE, le festival Videoex souhaite offrir des aperçus ponctuels de la longue, fascinante et variée histoire culturelle du cinéma expérimental et de l’art vidéo arabes en Afrique du Nord et au Proche-Orient. L’idée directrice du programme est l’idée ancestrale d’un espace culturel commun des deux côtés de la Méditerranée. Pendant des siècles, la Méditerranée a servi d’élément fédérateur et a conditionné un échange culturel intense. Mais aujourd’hui, elle fonctionne comme une frontière et un lieu de fermeture de l’Europe vers le sud. Des voix féminines fortes et leur lutte pour une identité propre dans le corset des structures colonialistes sont au premier plan du programme d’accueil et Videoex présente des programmes organisés par trois jeunes curatrices et cinéastes d’Algérie, d’Égypte et du Liban ainsi que des travaux de Tunisie. Il donne en outre un aperçu de l’œuvre de deux artistes marquantes : l’auteure et réalisatrice Assia Djebar et la cinéaste et journaliste Jocelyne Saab. 

L’artiste palestinienne Larissa Sansour – Artist Special de cette année – a trouvé un moyen futuriste de surmonter le colonialisme par le cinéma. En utilisant la science-fiction comme moyen d’aborder des questions sociales et politiques et en créant une dialectique entre le mythe et l’histoire, elle crée des visions d’avenir dystopiques fascinantes… Partant de problèmes au Proche-Orient, la lauréate du prix Jarman (2020) discute entre-temps de plus en plus de thèmes plus larges et plus globaux.

L’artiste de l’Artist Focus de cette année, Rosa Barba (1972, Agrigient/Italie), qui fait partie des artistes cinématographiques les plus remarqués de sa génération, se penche également sur des thèmes globaux en tant qu’esthétique. Ses œuvres cinématographiques traitent des aspects socio-politiques de l’anthropocène en visualisant de manière critique les inscriptions humaines dans la nature.

L’artiste Lawrence Abu Hamdan (Artist Special), nominé en 2019 pour le Turner Prize, place en revanche le rôle du son comme porteur de sens au centre de ses œuvres cinématographiques. Il aborde des aspects tels que le contrôle des accents, la surveillance audio, la reconnaissance vocale, les technologies de traduction, jusqu’à l’action subjective de l’écoute et la définition légale des normes linguistiques.

www.videoex.ch

- Publicité -

Jumeaux mais pas trop

Sages-femmes – Voir le jour

Smile

Maria rêve

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -