Les nouvelles aventures de « Shaun Le Mouton » sortent enfin au cinéma. Alors que ses précédentes dataient de 2015 et restaient très drôle et terre-à-terre, il revient avec un acolyte et ils voyageront beaucoup plus loin. Cette suite est une réussite et très drôle.


LU-LA est une petite coquine et s’est perdue pendant que ses parents dormaient… Où est-elle donc arrivée ? Qui est cet étrange être marchant bizarrement ? Et celui montrant les dents ? Oh, et qu’est-ce que ce truc qui a une délicieuse odeur qu’elle a repéré depuis ce lieu tout vert ? Qu’à cela ne tienne ! Elle fonce le goûter, car elle a faim. Quant à Shaun… Il se sent encore plus étonné et désemparé que LU-LA dès leur rencontre. Néanmoins, il comprend assez vite que la gentille extra-terrestre est perdue et a crashé son vaisseau spatial dans la forêt voisine. Rapidement adoptée par Shaun et ses amis moutons, l’équipe va faire son maximum afin d’aider LU-LA à retourner dans sa famille. Mais ce n’est pas si simple quand la gloutonnerie est un vilain défaut et qu’une organisation gouvernementale vous pourchasse…

En 1972, un petit studio très particulier et « so british » naquit : « Aardman Animations ». 4 ans après, les fondateurs Peter Lord et David Sproxton déménagèrent à Bristol et cela fera donc bientôt 50 ans que l’irréductible major existe. Une belle prouesse et il est à espérer qu’elle durera encore longtemps. Car en plus de leur autonomie, leur spécificité conceptuelle se situe au niveau de la pâte à modeler. En effet, chacun de leur film animé se dote de milliers de créations faites à la main, peintes et créées à partir de cette fameuse pâte.

Mais la renommée et le talent d’ « Aardman Animations » ne se firent pas d’emblée. L’équipe en place conçut d’abord plusieurs court-métrages et animations pour la télévision anglaise. Toutefois au début des années 2000, la situation évolua grandement pour eux et c’est au début du 21ème siècle que leur plus gros succès, encore à ce jour, fut distribué dans les cinémas : « Chicken Run ». Par la suite, de nombreux autres projets se développèrent à l’exemple de la saga des inoubliables « Wallace & Gromit », de « Souris City » et plus récemment, de « Shaun Le Mouton » et « Cro Man ».

Pour en revenir à « Shaun », ses nouvelles péripéties sentent bons l’innovation à base de pâte à modeler. En effet, si le projet de cette suite date déjà de plusieurs années, le scénario, les inspirations et la conception prirent un certain temps. Mais c’est tout à l’honneur du studio. Car non seulement « Shaun » a davantage d’originalité que « Cro Man », mais il demeure également plus drôle et intelligent. Notamment, parce qu’il démontre que malgré des origines différentes, s’entraider permet beaucoup de choses, comme avoir des amis avec qui s’amuser et rire.

Cette fois-ci pourtant, le mouton chenapan n’est pas le seul héros de l’histoire. La charmante, coquine et très gourmande « Lu-La » aura tout autant d’importance. Au travers de son nom déjà, qui s’avère être un bel hommage à l’alunissage (soit le terme étymologique par rapport à l’atterrissage sur la lune) fêtant ses 50 ans. Plusieurs autres clins d’œil figurent au sein de « Shaun Le Mouton : La Ferme contre-attaque ». L’un des plus reconnaissables est en lien avec le mythique réalisateur-producteur Steven Spielberg Ready Player One »). Les anciennes générations la comprendront rapidement, pour les nouvelles et les enfants, il faudra certainement que les parents la leur expliquent, voire même, montre l’inoubliable long-métrage (ou consulter internet).

Un autre intérêt formidable à « Shaun Le Mouton : La Ferme contre-attaque », est le doublage des personnages. Si ces derniers ne parlent pas, leurs grognements, bruitages, aboiements et bêlements signifient tout… et rien. Quant à l’héroïne, sa vocalise provient notamment d’un instrument de musique oublié au 21ème siècle, le célesta. Une preuve de supplémentaire que l’équipe « Aardman » a de la ressource et sait innover !

« Shaun Le Mouton : La Ferme contre-attaque » demeure donc un excellent divertissement animé. Drôle, touchant, novateur (au niveau de la technique de la pâte à modeler) et farfelu, il ravira les enfants comme les plus grands. Si l’animation ne se compare pas aux classiques des grands studios américains, son histoire fera rire tout le monde.

Shaun le mouton : La ferme contre-attaque
UK   –   2018   –   Animation
Réalisateur: Richard Starzak
Impuls
16.10.2019 au cinéma

"Shaun Le Mouton : La Ferme contre-attaque" : La gourmandise est un vilain défaut
5.0Note Finale