Mentionnons-le tout de suite : rien à voir vraiment avec le film de Johnny Deep. En 1781, lors de la guerre d’indépendance, Ichabod Crane décapite un mystérieux cavalier avant d’être lui-même tué sur le champ de bataille par ce même cavalier. Ichabod ressuscite 250 ans plus tard au cœur de Sleepy Hollow. Il est arrêté par la police, qui naturellement ne croit pas un mot de son histoire. L’enquêtrice, Abbie Mills, est la seule à être moins incrédule, et lui accorde le bénéfice du doute. D’étranges meurtres surviennent, et quelques personnes en sont témoins. L’assassin est le cavalier sans tête, ressuscité lui aussi. Jusqu’ici, les premiers épisodes tiennent plus ou moins la route. Mais quand un marchand de sable s’immisce dans les rêves des habitants et les torture, lorsqu’on apprend que la femme (de l’époque) d’Ichabod est au purgatoire depuis 250 ans, et lorsque le mangeur de péchés se joint à l’enquête, tout devient absurde et confus. Tom Mison est parfait dans le rôle d’Ichabod, ayant gardé le look dandy du XIIIème siècle. Nicole Beharie, actrice afro-américaine, campe le rôle d’Abbie avec esthétisme et on ne se lasse pas de la regarder, à défaut de l’écouter, car ses dialogues ne correspondent pas tout à fait à ce que l’on pourrait attendre.

Quant à John Noble (le savant allumé de « Fringe ») on lui a attribué le rôle du mangeur de péchés et qui au final se retrouve être le fils d’Ichabod de l’époque… Une mise en scène déjantée avec des décapitations spectaculaires, mais aussi des zombies, des démons qui apparaissent lors de cérémonies occultes… et même l’exorcisme d’une fillette de huit ans. Le dernier épisode ne laisser planer aucun doute sur le fait qu’il y aura une deuxième saison…

Sleepy Hollow, saison 1
De Alex Kurtzman, Roberto Orci, Phillip Iscove et Len Wiseman
Avec Tom Mison, Nicole Beharie, John Noble…
20th Century Fox