Dès le début du film, on comprend les sentiments que nous allons percevoir au cours de la vision. Sentiments comme le malaise, la tristesse, et la défaillance qui se manifestent tout de suite, aussi grâce à l’angle de prise de vue très frontale et au choix de tourner en 16mm qui limite la vision et concentre l’attention des spectateurs sur les émotions des personnages, sur leurs regards et sur leurs visages. La musique composée par Mica Levi, aussi connue comme Micachu, augmente tout cela et en plus, elle donne au film une ambiance presque sinistre et inquiétante. Comme si dans le monde filmique, il y avait une présence paranormale, un mystère, quelque chose qui va au-delà de la compréhension des personnages, quelque chose au même temps étrange et très intime pour le spectateur. Elle maintient donc le style de sa précédente (et première) composition cinématographique, pour le film « Under The Skin », qui a été récompensée par nombreux prix, mais cette fois-ci, elle abandonne l’utilisation massive des synthétiseurs. La composition musicale de Jackie est, en fait, jouée par un orchestre, à travers laquelle les cordes émergent en soulignant le caractère plus dramatique et mélancolique de l’œuvre, tandis que des roulements de tambours soulignent le côté funéraire.

Mica Levi, qui a été nominée aux Oscars 2017 pour l’excellent travail fait pour Jackie, est surement une des jeunes compositrices les plus intéressantes d’aujourd’hui, puisque à travers son style caractéristique, elle arrive à susciter des émotions bizarres, intimes et difficiles à transmettre à l’écran.

Jackie
Mica Levi
Milan Records

"Mica Levi" : surement une des jeunes compositrices les plus intéressantes d’aujourd’hui.
4.5Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire