« The Night Manager » : espionnage « à l’anglaise »

A lire aussi

Tiré du roman homonyme de le Carré du 1993 et réalisé par la réalisatrice danoise Susanne Bier, « The Night Manager » se présente comme une mini-série d’espionnage de 6 épisodes, construits autour du personnage de Jonathan Pine (Tom Hiddleston), un directeur de nuit d’hôtel de luxe anglais, un homme discret et professionnel, qui entre en contact avec “the worst man of the world” Richard Roper, homme d’affaires et trafiquant d’armes (joué par un sévère, riche et énigmatique Hugh Laurie), avant d’être recruté par les services secrètes anglaises (représentés par l’excellente Olivia Colman). Sa mission est, donc, de s’approcher et de s’infiltrer au cercle restreint du gangster.

Il s’agit d’une vraie intrigue internationale, le scénario change souvent sans pourtant n’arriver jamais à confondre, de l’Egypte à l’Espagne, de la Suisse (oui, la Suisse, représentée par un hôtel de luxe à Zermatt) à l’Angleterre. Le récit s’appuie en effet sur les dynamiques typiques des histoires d’espionnage classiques. Par exemple, le protagoniste tombe amoureux, de manière trop prévisible, de la femme du trafiquant en créant la classique tension entre vraie morale du protagoniste et morale de l’infiltré. La musique aussi reprend de manière évidente la musique des films d’espionnage, avec l’usage des violines et des cordes en générale qui contribuent à souligner l’aspect lié à la tension. La série est pourtant bien réalisée, elle se positionne explicitement contre la corruption des services spéciaux anglais et elle arrive au final à créer tension dans le spectateur, même s’il n’est pas un fan du genre. Mais il ne faut pas laisser de côté certaines interactions entre les personnages, aussi comme les rapports d’affection et de confiance, qui peuvent sembler un peu trop fictionnels et accélérés pour nécessité narrative.

En conclusion, on peut dire que le format de 6 épisodes est dans ce cas un peu limitant. Bien que les mini-séries soient très appréciées surtout pour leur brièveté, vue qui permettent un majeur contrôle et équilibre par rapport aux séries TV de moyenne et longue durée, « The Night Manager » nécessitait peut-être un approfondissement des personnages (même secondaires) et des relations entre eux pour devenir un véritable bijou. Elle fait pourtant partie de ces produits audio-visuels d’espionnage qu’on ne voit pas souvent, qui basent sa beauté sur le côté classique et autoréférentiel du genre et au charme des personnages principaux (*coup de tousse* James Bond *coup de tousse*).

The Night Manager
Susanne Bier
Avec Tom Hiddleston, Hugh Laurie, Olivia Colman
Rainbow

- Publicité -

Violent Night

Fumer fait tousser

Good Luck to You, Leo Grande

Le Lycéen

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -