8.1 C
Suisse
27 octobre 2020

S'abonner au magazine

Zero Dark Thirty

-

Zero Dark Thirty
Zero Dark Thirty

Précisons-le d’entrée : non, Kathryn Bigelow n’a pas attendu le 2 mai 2011 pour avoir l’idée de porter à l’écran la traque d’Oussama Ben Laden. Pour la petite histoire, la réalisatrice était sur le point de commencer le tournage d’un film consacré à la bataille de Tora Bora* quand elle a appris la mort du leader d’Al-Qaïda. Cela faisait des années qu’elle et son scénariste Mark Boal se documentaient sur le travail des services américains. Lorsqu’ils apprirent la nouvelle, leur première réaction fut d’abandonner le projet. C’est seulement plusieurs mois plus tard qu’ils décidèrent de modifier le film en se concentrant sur l’évolution de l’enquête qui permit aux États-Unis d’abattre leur « Public Enemy n°1 » ce fameux soir de mai.

« Zero Dark Thirty » est donc le fruit d’un imposant et sérieux travail de documentation – Kathryn Bigelow nous avait déjà bluffé par son perfectionnisme sur « Démineurs » – , et ça se ressent d’emblée. Durant les 2h40 que dure le film (qu’on ne voit pas défiler), nous suivons Maya, une jeune agente de la CIA parachutée en 2003 au Pakistan pour tenter de retrouver Ben Laden. La jeune femme – Jessica Chastain, extraordinaire dans son rôle – va vite se rendre compte que la CIA ignore tout de la planque du chef d’Al-Qaïda. Pour sa première mission [sic], Maya va devoir se baser sur des informations lacunaires, contradictoires et surtout, sur son intuition.

Connue pour faire des « films de mecs », Bigelow dresse ici le portrait d’une femme forte. Son enquête semble vouée à l’échec, son équipe se résume à une petite dizaine de personnes et plus les années passent, plus les politiques lui font comprendre que la traque de Ben Laden n’est plus leur priorité. Et pourtant, en véritable bête d’abnégation, Maya n’abandonne pas et va se laisser guider par son flair.

Magnifié par la beauté sèche de la photo de Greig Fraser, « Zero Dark Thirty » est un sommet d’intensité. Intelligent dans son approche, le film ne tombe jamais dans le triomphalisme américain et ne fait aucune concession. Piégée par l’erreur monumentale des prétendues « armes de destruction massive » irakiennes, l’Amérique que décrit Bigelow est une puissance qui avance à l’aveugle et qui n’a plus droit à l’erreur. Quelques mois après la sortie du bien propret « Argo » – qui vient de triompher aux Golden Globes –, « Zero Dark Thirty » renvoie instantanément ce dernier au rang de « gentil divertissement » qu’il mérite et fait place à un cinéma d’une qualité rare.

Zero Dark Thirty
De Kathryn Bigelow
Avec Jessica Chastain, Jason Clarke, Mark Strong…

[Thomas Gerber]

Article précédentDrive
Article suivantSugar Man : Héros malgré lui?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -

BON à SAVOIR

« A Perfect Family » : Un changement d’identité inattendu

Réalisé par Malou Leth Reymann, « A Perfect Family » se dote d’un scénario novateur et audacieux. Si la trame demeure tragi-comique, elle...

Ciné-Doc invite le Festival cinémas d’Afrique

Suite à l’annulation, cet été, de la 15e édition du Festival cinémas d’Afrique – Lausanne, Ciné-Doc invite, dans son réseau de...

Freaky

Millie Kessler, une adolescente de 17 ans, occupée à faire bonne figure dans son très élitiste lycée, Blissfield High, devient la nouvelle...

Un autre homme

François s’installe avec son amie dans la Vallée de Joux, où il chronique des films pour le...

La vocation d’André Carel

Issu d’une riche famille parisienne, André Carel est venu se reposer sur la Riviera vaudoise. Lors d’une...

SUIVEZ-NOUS

4,150FansLike
10,000FollowersFollow
750FollowersFollow
645SubscribersSubscribe