Enfin ! La dernière et tant attendue grosse production indienne est en salle. Poétique, drôle, dramatique et bien sûr romantique, les ingrédients réunis forment « Zero« . Une histoire originale, permettant de voyager et de passer un excellent moment.


Bauua Singh a une bonne trentaine d’année et il estime qu’il est temps pour lui de se marier. Intelligent et charmant, avec une bonne pointe d’arrogance et d’espièglerie, il se met le défi de trouver la femme lui correspondant. en bonne santé au sein d’une famille plutôt aisée, ses recherches ne s’avéreront pas si simples, car il est né petite personne… Et qu’il tombera amoureux de 2 femmes très différentes.

S’il demeure presque certain que la majeure partie du public occidental n’ira pas voir l’excellent « Zero » dans les salles obscures à cause d’un manque de marketing de la part des majors indiennes, il est sûr qu’il fera une forte concurrence au dernier « Avengers« . Avant tout, au niveau des internautes ayant consultés la 1ère bande-annonce de « Zéro » plus de fois que le long-métrage de « Marvel« . Mais surtout, grâce à l’originalité et au formidable casting de la réalisation indienne.

Car « Zero » n’est pas qu’une énième histoire « made in Bollywood » centrée sur une nouvelle romance. En effet, une des meilleures plus-values se situe au niveau des effets numériques qui pour une fois, sont réussis et à part les séquences finales, dignes des grands studios internationaux. Pour de faire, l’équipe technique a employé un procédé encore très peu utilisé au 7ème Art et nommé la « perspective forcée ». Elle sert à simuler et modeler des différences de tailles entre acteurs-trices, ou encore, par rapport aux objets.

En fait et pour la 1ère fois en Inde, cette méthode a été utilisée entre le comédien principal Shah Rukh Khan (« Ra.One« )et les personnes atteintes de nanisme collaborant avec lui au sein de ce projet. Au final, le visage et les émotions de l’acteur jouées pour le film, ont été « numérisés et collés » sur celui des petites personnes. Cela donne ainsi l’incroyable impression qu’il est lui-même concerné par cette gêne physique. Si cet aspect demeure révolutionnaire, l’étonnante et effarante prouesse revient à l’actrice principale, Anushka Sharma (« Sultan »). Car cette dernière s’est énormément investie pour son rôle en interprétant une jeune femme surdouée, indépendante et très mignonne, mais malheureusement, gravement handicapée. Afin de s’imprégner le mieux possible de ce qui semble être la maladie de Charcot (le même handicap de feu Stephen Hawking), elle avait rencontré plusieurs personnes directement concernées par ce trouble. Elle souhaitait également voir ces gens dans l’intention de symboliser leur maladie et d’exprimer une partie de leurs sentiments éprouvés au quotidien.

Ces éléments et problématiques combinés, les décors, la musique et quelques autres belles surprises, font de « Zero » une splendide œuvre lyrique et efficace. Hormis quelques passages un peu longs et un second rôle presque inutile mais très bien interprété, le récit aborde des sujets jusqu’alors peu exploités au cinéma et promet de passer un excellent moment en famille (attention toutefois au respect de l’âge, car le film est classé dès 6 ans) et entre ami-e-s.

En outre, « Zero » permet de voyager, rend hommage au Holi (ou la Fête des couleurs) et démontre qu’il est possible de se surpasser pour l’amour de sa vie. Quitte sa promise ou à ne jamais se marier avec elle pour différentes raisons…

Enfin et petite anecdote, l’allusion discrète à la ville suisse (l’Helvétie est très appréciée par les touristes indiens-nes) ainsi que l’humour et la légèreté du long-métrage, font de « Zero » un formidable feel good movie pour les fêtes de fin d’année.

Zero
India – 2018
De Aanand L. Rai
Avec Shah Rukh, KhanKatrina Kaif, Anushka Sharma…
Bollywood Movies
21.12.2018 au cinéma
"Zero" : nait (ou n'est) pas "Zero" qui veut
4.0Note Finale