La réalisatrice allemande Emily Atef raconte, dans un très beau noir blanc, trois jours de la vie de Romy Schneider. Trois jours durant lesquels l’actrice autrichienne, alors en séjour thérapeutique en Bretagne, va se livrer corps et âme à deux journalistes du magazine Stern.


« Résumer » Romy Schneider à une si courte période semblait à priori un pari audacieux. Au vu du résultat, pourtant, le choix s’avère judicieux et le film se révèle ainsi beaucoup plus intéressant qu’un biopic classique. Ici, pas d’effets pour vieillir ou rajeunir les comédiens et pas non plus de jeux de casting pour représenter les protagonistes à différents stades de leur vie. Hormis dans le bel épilogue qui clôt le film, on ne voit pas, reconstitués, d’autres moments de la vie de l’actrice que ces trois jours passés dans un centre de soin à Quiberon.

L’épisode est pourtant décisif et en dit long sur la personnalité complexe de celle que beaucoup, ni à l’écran ni dans le réel, n’arrivait à imaginer autrement qu’en Sissi L’Impératrice, le rôle qui la révéla. Là, nous sommes en 1981, quelques mois avant le tournage de La Passante du Sans-Soucis, son dernier film. La star, vit depuis longtemps en France et est en cure pour combattre ses démons et ses penchants pour l’alcool et les cachets. Elle a fait venir une amie à ses côtés et accepté de passer quelques jours avec un ami photographe et un journaliste allemand pour une grande interview exclusive. La comédienne est fragilisée et son interlocuteur, manipulateur, va en profiter pour lui arracher des confessions très intimes sur sa vie privée, ses relations avec sa famille, les hommes et le public. L’entretien est donc bien réel et a servi à l’auteur de base pour construire le scénario.

Les photos de Robert Lebeck, elles, ont inspiré les très belles images du film et permis de reconstituer certains des moments hors interview. Telle, par exemple, cette vivifiante séquence où les quatre protagonistes principaux s’invitent à un mariage. La scène montre Romy Schneider sous un autre jour et laisse aussi admirer le talent de son interprète Marie Baümer, très ressemblante à son modèle dans ses traits et ses gestes. Sans de tels instants suspendus, dans lesquels la star est montrée libre et heureuse, 3 Jours à Quiberon aurait pu n’être réduit qu’à son principal défaut : son côté répétitif et bavard. C’eut été dommage…

3 Jours à Quiberon
DE   –   2018   –   115 Min.   –   Drama
Réalisateur: Emily Atef
Acteur: Marie Bäumer, Birgit Minichmayr, Charly Hübner, Robert Gwisdek, Denis Lavant, Christopher Buchholz, Vicky Krieps, Yann Grouhel, Vincent Furic, Kalle Schmitz
Look Now
20.06.2018 au cinéma

3 Jours à Quiberon : Un pari audacieux
3.0Note Finale