Alliés De Robert Zemeckis

Tant attendu, le couple Marion Cotillard et Brad Pitt s’allie pour Robert Zemeckis dans un thriller aussi haletant que dramatique.


Lors de la Deuxième Guerre Mondiale, Max Vatan (Brad Pitt) et Marianne Beausejour (Marion Cotillard) sont envoyés en mission à Casablanca pour assassiner un officier allemand. Ils ne se connaissent pas, ne se sont même jamais rencontrés et vont devoir se prêter au jeu des amants pour tromper la vigilance des soldats et réussir leur coup. Classique, après l’effort, le réconfort. Max épouse Marianne, et le couple voit leur petite fille naître sous un ciel londonien bombardé. Guidés par une lueur d’insouciance en ces temps de guerre, les amoureux poursuivent leur idylle au quotidien. Le destin semble être en leur faveur jusqu’au jour où Max est convoqué par son supérieur : sa femme est suspectée de livrer des renseignements au gouvernement allemand. Entre passion et frissons, Max se retrouve pris dans un dilemme cornélien. Pour le bien de la nation, serait-il prêt à renoncer à son idéal de vie familiale si Marianne se révélait être espionne allemande ? Serait-il prêt à l’exécuter de ses propres mains au risque de perdre la vie s’il refuse ? La tension monte.

Tant attendu, ce charmant binôme Brad Pitt – Marion Cotillard tient ses promesses et ne déçoit pas. Leur alchimie à l’écran nous fait presque regretter de ne pas avoir découvert ce couple de cinéma plus tôt. Soupçonnés d’avoir entraîné la séparation des Brangelina, les deux acteurs sont en tous cas parvenu à nous faire oublier ce drame hollywoodien planétaire. Pari donc réussi. Brad Pitt, toujours aussi séduisant, baragouine quelques mots de français pour charmer la belle parisienne, mais ne se débarrasse pas si facilement de son accent d’Américain pur et dur. Il semble tenir le récit mais elle se révèlera pourtant en être l’héroïne.

Alliés De Robert Zemeckis

Si l’on connaît déjà presque tout de la première demi-heure du film à cause d’une bande-annonce prometteuse mais un peu trop révélatrice, le récit s’intensifie petit à petit et se révélera beaucoup plus profond qu’il n’y paraît. Contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, Marion Cotillard et Brad Pitt ne font pas que de se séduire et d’user du pistolet à tout va. Certes, une scène torride dans une voiture prise au piège par les bourrasques du désert marocain lance leur relation, mais l’émotion générale qui s’en dégage l’emportera par la suite. Fini de rigoler quand le rythme va crescendo jusqu’à la note la plus grave de son répertoire.

Au fil de sa carrière, le réalisateur Robert Zemeckis a montré un attrait pour des registres différents. Du mélodrame avec « Forrest Gump », en passant par l’expérimentation de techniques numériques pour « Qui veut la peau de Roger Rabbit ? », « La Mort vous va si bien » et « Le Pôle express », Zemeckis convainc à nouveau. Avec « Alliés », il plonge dans les archives historiques pour nous offrir un récit tout à fait plausible et réaliste d’un couple victime collatérale de la Seconde Guerre Mondiale. En toile de fond, cette dernière n’est en revanche pas nouvelle pour Brad Pitt : après « Sept ans au Tibet » (1997), « Inglourious Basterds » (2009) et plus récemment « Fury » (2014), l’acteur commence à connaître l’époque.

L’amour des deux amants, alliés par le titre, survivra-t-il en temps de guerre mondiale ? Ou alors cette période historique leur fera-t-elle défaut ? Suspense bien gardé ! Un final pluvieux qui n’est pas garanti d’avance exagère le drame, là où les gouttes d’eau se confondent aux larmes ruisselantes des visages.

Alliés De Robert Zemeckis

Alliés
De Robert Zemeckis
Avec Brad Pitt, Marion Cotillard, Jared Harris
Universal Pictures
Sortie le 23/11

"ALLIES" : pour l’amour de la guerre
3.5Note Finale

A propos de l'auteur

Amoureux du film « American Gigolo », ses parents la prénomme en hommage à l'actrice Lauren Hutton. Ainsi marquée dans le berceau, plus tard, comment rester indifférente face au 7ème art ? S'enivrant des classiques comme des films d'auteur, cette inconditionnelle de Meryl Streep prolonge sa culture en menant des études universitaires de cinéma. Omniprésent, c'est encore et toujours le cinéma qui l'a guidée vers le journalisme. Preuve indélébile de sa passion, celle qui se rend dans les salles pour s'évader et prolonger ses rêves, ne passe pas un jour sans glisser une réplique de film dans les conversations. Et à tous ceux qui n'épellent pas son prénom correctement ou qui le prononcent au masculin, la Vaudoise leur répond fièrement, non sans une pointe de revanche : « L-A-U-R-E-N, comme Lauren Bacall ! ». Ça fait classe ! ;)

Articles similaires