Camping 3

Des nouvelles têtes arrivent au Camping des Flots Bleus. Trois jeunes Dijonnais vont s’ajouter aux habitués du Bassin d’Arcachon. Ce choc des générations va donner un nouveau souffle à cette trilogie dont l’unique but est de faire rire, quelle qu’en soit la manière.


Quand « Camping » est à l’affiche que ce soit à la télé ou sur grand écran, la plupart des gens sains d’esprit zappent tout de suite. D’autres essaient et abandonnent à mi-parcours. Seuls quelques (nombreux, il n’y a qu’à voir les chiffres de fréquentation) irréductibles adorent. La raison : une ribambelle de gags aussi moyens les uns que les autres qui, à force de répétitions et d’exagérations, amènent à sourire, parfois au fou-rire. Pour les plus exigeants, ils ne provoquent le plus souvent que l’agacement.

Le scénario de ce troisième volet est tout simple, Patrick Chirac (qui n’a rien en commun avec l’ex président français, mis à part les grimaces) se coltine trois jeunes ados de la banlieue de Dijon. Il leur présente ses amis : les Pic, Jacky et Laurette, Gatineau tout juste divorcé, et le 37.

Le Camping des Flots Bleus, organise comme chaque année ses animations ringardes mais cette fois-ci nos habitués vont trouver d’autres occupations. Rajeunis par la présence de Benji, José et Patrick, ils vont chercher la « cool attitude ». La guerre des générations est lancée…

Camping 3

Moins mauvais que les précédents épisodes, ce long-métrage de Fabien Onteniente (qui avait déjà réalisé les deux premiers films) est efficacement mis en scène. Les prises de vues sont de qualité et les choix musicaux sont excellents (pour peu qu’on soit au moins trentenaire). Il y en a pour tous les goûts. On retrouve des vieux refrains du début des années quatre-vingt entonnés par Demis Roussos et Michel Sardou, ainsi que les légendaires 2 Be 3. Pour les plus jeunes, les génériques ont été signés Maître Gims avec son tube « Ma beauté ».

Tournée en 7 semaines seulement au Cap Ferret et sur le bassin d’Arcachon, cette comédie qui restitue parfaitement le quotidien des campeurs (amourettes, promiscuité, conflits et confort basique) est bourrée de clichés. Les protagonistes sont une fois de plus ridiculisés par leur tenue, leur comportement et des commentaires hallucinants.

Au casting nous avons quelques dinosaures comme Claude Brasseur, Gérard Jugnot et Mylène Demongeot, qui n’ont pas à forcer leur talent, et de nouveaux jeunes acteurs comme Louka Meliava que l’on a découvert dans « Un moment d’égarement », accompagné par Jules Ritmanic (« 21 nuits avec Pattie ») et Cyril Mendy (« Bande de Filles », « Intouchables »). Tous incarnent bien leur personnage.

La saga « Camping » restera une mine d’or, quoi qu’on en pense. Le premier volet, sorti en 2006, bénéficiait d’un budget de 14 millions d’Euros et avait réuni plus de 5 millions de spectateurs. Quant à « Camping 2 », sorti en 2010 il a fait se déplacer en salles près de 4 millions de personnes avec un budget doublé. Nul doute donc que la série va continuer…

Camping 3

Camping 3
De Fabien Onteniente
Avec Franck Dubosc, Claude Brasseur, Mylène Demongeot, Antoine Duléry, Leslie Medina, Gérard Jugnot, Michèle Laroque, Philippe Lellouche
Pathé Films
Sortie le 29/06

 

« Camping 3 » : des gags à la pelle !
2.0Note Finale

A propos de l'auteur

Le cinéma est un lieu merveilleux, on y trouve de tout: des comédies (mon genre préféré), des films d'auteurs (que j'apprécie pour leur diversité), des documentaires plus ou moins passionnants, des blockbusters et d'autres types de films. Fan du cinéma français et des pays latins, j'en ai fait ma spécialité. Rédacteur depuis de nombreuses années, j'aime partager mes connaissances et découvertes. «Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut» Claude Lelouch

Articles similaires