Née d’un père français et d’une mère américaine, Loïe Fuller grandit dans l’Ouest américain au début du XXème siècle avec pour rêve de devenir comédienne. Lorsque son père meurt, elle part retrouver sa mère installée à Brooklyn et passe des auditions pour réaliser ses ambitions. Mais c’est un autre chemin qui s’ouvre à elle, celui de la danse. Malheureusement en Amérique, son talent avant-gardiste n’est pas reconnu et elle s’embarque pour la France. C’est Aux Folies Bergères qu’elle va entamer sa carrière de danseuse « papillon ». En tournoyant sur elle-même parée de soie blanche, tenant des baguettes de bambou pour rallonger les bras et en utilisant des lumières de différentes couleurs, elle propose un spectacle plein de magie et de beauté.  Précurseur de la danse moderne, son spectacle remporte un vif succès. Puis ce sont les portes de l’Opéra de Paris qui s’ouvrent à elle. Elle vient alors juste de rencontrer une nouvelle danseuse, Isadora Duncan, pour laquelle elle semble avoir un véritable engouement, alors qu’il semble que cette dernière cherche à la rabaisser.

Soko semble très investie dans son rôle et fournit une bonne interprétation de cette danseuse mature qui aura sacrifié jusqu’à sa santé et ses yeux pour son art. Lily-Rose Depp a été choisie pour interpréter la belle et talentueuse Isadora Duncan qui nous charme pleinement avec sa grâce et sa légèreté.

Je ne suis pas convaincue par cette mise en scène sobre car il me semble qu’il manque une âme à ce film. La partie qui se déroule en Amérique ne laisse pas présager que l’héroïne deviendra cette danseuse si talentueuse avec un caractère aussi affirmé. Par ailleurs, cette partie du film est en anglais, sous-titrée en français. Puis, lorsqu’elle parle en français, elle chuchote souvent et ses réparties ne sont pas toujours très audibles, ce qui enlève beaucoup au film, d’autant que sa voix n’est pas charmante. Il reste de belles images de danse qui rendent le film acceptable.

  • Un film de Stéphanie Do Giusto
  • Avec Soko, Gaspard Ulliel, Mélanie Thierry, Lily-Rose Depp
  • Dinifan

 

« LA DANSEUSE » : une fleur de rêve
3.0Note Finale