David Strathairn et son efficacité comme mentaliste

A lire aussi

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

« Nightmare Alley » fait partie des films les plus intrigants en ce début d’année 2022. Réalisé par le Mexicain multi-Oscarisé Guillermo Del Toro, nous avons eu le privilège de participer à une conférence de presse internationale et en ligne sur ce fameux long-métrage.


Ainsi, Joe Utichi de « Deadline » pris en main les interviews et relaya les questions de la presse à David Strathairn. En sachant que Guillermo Del Toro a beaucoup d’affinité avec votre personnage « Pete », comment vous l’a-t-il présenté ? David Strathairn : Et bien Guillermo a été très généreux en partageant sa vision de « Pete » avec moi. Il a été très complet aussi, par exemple par rapport à la carrière de ce personnage. Ce qui m’a motivé pour ce personnage, c’est le problème de parentalité en particulier vis-à-vis de « Stanton ». Qui est « Pete » par rapport à ce jeune homme ? J’ai senti que c’était important pour « Pete » d’être une figure paternelle par exemple.

Intéressant. J’ai à présent une question de Levon Trio de « Morgan » et de Mike Reyes de « CinemaBlend » à peu près identique. A quel point avez-vous essayé de vous familiariser avec le mentalisme ? D. S. : Je me suis avant tout beaucoup renseigné sur des magiciens et mentalistes au travers d’images d’archives. Nous avions aussi un spécialiste sur le tournage qui nous aidait pour des tours de cartes, de passe-passe. Et Guillermo (Del Toro), fidèle à lui-même, a apporté toutes les ressources possibles pour son film. Et nous en avons été très privilégiés.

Ok. Je viens de lire une autre question du magazine « Fangoria ». Cet univers du cirque qui a été créé pour « Nightmare Alley », est-ce que cela vous a inspiré pour jouer « Pete » ? D. S. : Oui beaucoup car en fait, tout a vraiment été construit. Les tentes, la boue, les allées, les êtres dans les bocaux étaient même vrais ! (Rire). C’est une plaisanterie bien sûr. Et oui, nous vivions littéralement cette expérience, au point de tourner selon les caprices de la météo. C’était vraiment un monde à part entre les chaussures à porter, la paille… Comme une sorte de tableau naturel en permanence dont nous en étions quelque peu privilégiés.

Oui, je vois. Là, j’ai une question de Gill Pringle de « Filmink » et Caitlin Chappell de « CBR » qui souhaitent savoir comment s’est passé le tournage entre Toni Colette (« Hereditary »), Bradley Cooper (« A Star is Born ») et vous-même ? D. S. : C’était une dynamique intéressante et j’aurais aimé avoir avec plus de scènes avec eux. Toni (Collette) est pétillante et il n’y a pas eu de faux-semblant entre nous. Elle est très compétente, engagée et nous avions une très bonne communication sur place.

Et avec Bradley (Cooper), c’était extraordinaire parce qu’il portait le film à chacune des séquences. J’ai vraiment été impressionné par sa performance lorsque nous tournions ensemble.

Oui, c’était vraiment une bonne entente entre vous. Maintenant, Anna Tatarska de « Onet » aimerait savoir si selon vous, les gens ont tendance à être trop insatisfaits et rationnels ou, ont tendance à rechercher des réponses ailleurs ? D. S. : Wow, c’est une excellente question. Dans « Nightmare Alley », « Stanton » recherche ce qu’il a perdu et je pense que c’est en lien avec ses parents. Il est à la dérive et cherche ce qu’il peut désespérément. Quand on entre dans le monde du mentalisme, on se confronte probablement à des parallèles comme les runes, les tarots ou même les planches Ouija et oui, je pense que nous sommes vulnérables à cela.

D’accord. Pour terminer, j’ai Paulo Quinteros de « Mouse » qui aimerait savoir comment est-ce que vous avez cerné votre personnage ? D. S. : Je pense que les démons intérieurs de « Pete » étaient assez apparents, il réalisait ce qu’ils étaient. J’ai pensé à « Pete » comme une autre personne que je jouais, qui était dans son monde. Il a eu des moments critiques, comme un certain succès. Mais je pense que son parcours est assez simple et qu’il n’a pas vraiment été paralysé par des démons comme l’alcool. Sa chute était plus liée à un problème physique, comme on le verra dans le film.

Parfait. Je crains que notre laps de temps ne se termine. Alors, merci beaucoup David Strathairn de vous être joint à nous.

D. S. : Oh, vraiment merci beaucoup à vous et aux très bonnes questions posées.

- Publicité -

Violent Night

Fumer fait tousser

Good Luck to You, Leo Grande

Le Lycéen

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -