Éperdument

Malgré une histoire au potentiel riche, Pierre Godeau échoue à restituer la complexité de ce directeur de prison exemplaire qui envoie tout valdinguer par amour.


P

our sa deuxième réalisation, Pierre Godeau s’intéresse à des faits réels qui ont fait scandale en France en 2010. En effet, il dépeint les ravages d’un amour interdit entre un directeur d’un établissement pénitentiaire et une jeune détenue. Inspiré directement du livre écrit par Florent Gonçalves, le fonctionnaire impliqué dans cette liaison, « Éperdument » nous plonge entre les quatre murs de la maison d’arrêt de Versailles dirigé par Jean. C’est un quadragénaire brillant, marié et père de famille, faisant preuve d’un grand professionnalisme et d’empathie, toujours à l’écoute de ses détenues et de ses proches. Mais lorsqu’Anna (Exarchopoulos) fait son apparition, il manque à ses responsabilités et oublie ses devoirs, car ce qui l’entoure n’existe plus, elle seule est au centre de son univers. Pourtant doté d’une prémisse qui pique l’intérêt, surtout parce qu’il s’agit ici d’une histoire véridique, le film de Godeau la transforme en une passion banale pour laquelle on n’éprouve aucune sympathie. Si l’actrice principale réussit à nous faire croire à son personnage grâce au naturel avec lequel elle l’interprète, Gallienne, lui, ne parvient pas à nous vendre la profondeur et la complexité des sentiments qu’Anna fait naître en lui. Ce manque de crédibilité a pour conséquence que le spectateur a l’impression d’assister à la transformation d’une personne décente en un homme irresponsable, obsessif et immature, car une jolie fille lui témoigne de l’intérêt et répond à ses désirs. Avec « Éperdument », Godeau nous sert donc un film dépourvu de poésie, ressemblant plus à une adaptation cinématographique des paroles de la chanson « Pour un flirt » de Delpech.

Éperdument

Éperdument
De Pierre Godeau
Avec Adèle Exarchopoulos, Guillaume Gallienne
Frenetic Films
Sortie le 11/0

 

"Éperdument" : pour un flirt avec toi…
1.5Note Finale