Everything Everywhere All at Once est une immersion hors du commun !

A lire aussi

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

Parmi les sorties de films de cet été, cette réalisation s’avère bel et bien être la plus surprenante, innovante et captivante. « Everything Everywhere All at Once » mélange de nombreux genres grâce à l’ingéniosité et l’imagination des cinéastes. Improbable et magique.


Evelyn se sent totalement perdue et proche de l’explosion émotionnelle. Entre sa laverie familiale qui perd sa clientèle, son mari Waymond lui demandant soudainement le divorce, sa fille Joy amoureuse d’une autre femme et rebelle dans sa manière de vivre ou encore, Gong Gong menant l’enfer à cette petite famille avec sa santé et ses traditions, rien ne va. Mais la goutte qui fera déborder le vase, sera l’audit de l’office des impôts. Evelyn et Waymond doivent défendre leur laverie ou celle-ci fermera définitivement. Au moment où elle aura l’impression d’utiliser ses dernières forces au sein de ce sordide bureau face à l’employée dénommée Deirdre, Evelyn fera la connaissance de l’incroyable Alpha Waymond. De cette rencontre, elle apprendra que les multivers existent et sont grandement menacés par Jobu Topaki. Seule la mère de famille, appelée ailleurs souvent Alpha Evelyn, peut renverser ce danger et sauver le monde. Deviendrait-elle vraiment folle ou au contraire, les différents « sauts » dans les mondes qu’elle va découvrir, promettraient-ils un avenir meilleur ?

Scénarisé, réalisé et produit par « Les Daniels » (soit Daniel Kwan et Daniel Scheinert), réussirent un incroyable projet cinématographique. Soit, d’écrire et tourner un long-métrage dramatique familial, entouré du chaos, de métaphores et bien plus encore.

Fortement soutenu par de nombreux-euses producteurs-trices dont les frères Russo (« Avengers : Endgame ») , le duo s’est inspiré de leurs propres expériences personnelles et professionnelles. Ainsi, l’aspect TDAH (Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité) ajouté au personnage de l’héroïne rend la vie de l’héroïne davantage intéressante et humaine.

Dotée d’un assez petit budget, malgré les aides externes apportées, cette fiction fascine dès les premières minutes et emmène les spectateurs-trices par le biais d’ « Evelyn », au sein d’incroyables et fantastiques mondes.

Concrètement, il demeure difficile d’expliquer la conception d’ « Everything Everywhere All at Once » sans l’avoir vu. Car si une réalisation se vit avec le confort sonore et les sièges adaptés, c’est bien cette fiction.

Le voyage reste fabuleux et magique jusqu’à la toute dernière minute grâce à l’imagination débordante des réalisateurs, mais aussi de la distribution, des effets numériques, des décors (re) créés et d’une bande originale rythmée faite par le trio « Son Lux ».

A propos du casting, si l’incroyable Michelle Yeoh (« Shang-Chi et La Légende des Dix Anneaux ») porte à la perfection le long-métrage, pour les aficionados de l’époque qui reconnaîtront Ke Huy Quan, le plaisir sera également fortement présent.

Il reste en effet, l’inoubliable « Data » dans « Les Goonies » et entre son talent de cascadeur développé par la suite et les amusantes allusions à son parcours d’acteur, « Everything Everywhere All at Once » lui rend de superbes hommages.

Outre ces 2 comédienne-ien en tête d’affiche, sans oublier tous les autres rôles géniaux, l’autre actrice qui démontre son talent est la jeune Stephanie Hsu (à prononcer « SHoe »). Si elle participa également à « Shang-Chi » avec un rôle secondaire. Cependant, sa performance au sein d’ « Eveything Everywhere All at Once » demeure impressionnante.

Car comme ses 2 collègues, elle incarne plusieurs personnages différents et parfois, en les enchaînant. Ainsi, et de manière plus prononcée par rapport à d’autres actrices et acteurs du film, elle joue le yin et le yang à la perfection. Tout en représentant les 2 forces opposées, elle les connecte et les complémente d’une manière très efficace et parfois… redoutable.

Finalement, si le long-métrage des « Daniels » s’adresse à un large public, les plus jeunes ne le comprendront probablement pas à cause de la complexité des dialogues et de certaines scènes pouvant surprendre, voire déstabiliser.

Toujours est-il qu’il mérite d’être découvert grâce à son originalité, à sa folie, à cette relation familiale développée d’une manière inédite ou encore, aux retournements de situations inattendus. Et bien sûr, par rapport aux nombreux hommages rendus aux films mythiques de ces dernières décennies.

Everything Everywhere All At Once
USA – 2022
Réalisateurs: Daniel Kwan, Daniel Scheinert
Avec: Michelle Yeoh, Stephanie Hsu, Jamie Lee Curtis, James Hong, Ke Huy Quan, Jenny Salte
Filmoopi AG
31.08.2022 au cinéma

Article précédent
Article suivant
- Publicité -

ARDENTE·X·S

Novembre

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -