Ferdinand, un taureau au grand cœur, refuse de se battre comme les autres. Il tente alors une escapade avec un groupe d’amis, afin de retrouver la famille qui l’avait accueilli avant sa capture. Un film pour enfants, aux thématiques sérieuses et d’actualité, qui parvient à aborder la cruauté des corridas en Espagne, mais d’une manière pleine d’humour et de sensibilité.


Dans les arènes espagnoles, Ferdinand est un petit taureau différent des autres. Il préfère aller sentir les fleurs que combattre. Alors que son père est un des lutteurs les plus forts de l’Espagne, Ferdinand parvient à s’échapper une nuit, et atterrit dans une ferme spécialisée dans la vente de fleurs. Il y est recueilli par une jeune fille qui s’attache à lui, et qui le laisse libre de gambader dans les prés aux alentours. Ferdinand est alors le taureau le plus heureux du monde jusqu’au jour où la fête des fleurs a lieu, et que par sa grande taille, Ferdinand n’effraie tout le monde. Il finit par se faire capturer par la police qui le ramène dans son arène de jeunesse, où il va à nouveau tenter de s’échapper, avant d’être forcé à combattre dans la grande arène de Madrid, ou pire… de finir à l’abattoir si il refuse.

Les créateurs de « L’âge de glace » (2002) et de « Rio » (2011) ont fait fort une fois encore avec cette nouvelle aventure animalière. L’histoire est basée sur un conte pour enfants, déjà adapté par Disney en 1938. « Ferdinand » retrouve de sa fraîcheur dans cette nouvelle version touchante qui saura faire réfléchir sur la manière dont les hommes traitent les taureaux. À cause de sa stature imposante, tout le monde a peur de Ferdinand et pense qu’il est fait pour le combat. Mais ses 900 kilos cachent en réalité un taureau très sensible et opposé à la violence. Ce film touche du doigt une des plus grandes injustices faites aux animaux : la corrida. Si ces spectacles pouvaient avoir de l’intérêt il y a plusieurs décennies, la majorité des combats sont aujourd’hui truqués. Les taureaux sont fatigués par des picadors avant même d’entrer dans l’arène, afin que le toréador ne court aucun risque, et gagne donc forcément. À la fin du combat, le taureau est mis à mort, sauf s’il est exceptionnellement gracié. La corrida a oscillé entre restrictions, autorisations, interdictions, levée des restrictions etc tout au long du 20e siècle. Alors que nombreux assimilent cette pratique à de la torture animale, la corrida commençait gentiment à perdre du terrain, et a été définitivement interdite en Catalogne en 2010. 

Des associations militant pour les droits des animaux ont notamment contribué à cette interdiction. Mais le fait que ces tendances progressistes aient gentiment gagné du terrain, autant en Espagne qu’en France, qu’au Portugal et en Amérique latine, les quatre régions où ont lieu ces pratiques, ces oppositions à la corrida ont en fait mené à l’effet inverse qui était escompté. En effet en 2016, les corridas ont été réintroduites en Catalogne. Ce ne sont que dans les régions où elles ne comptaient que peu d’aficionados, et qu’elles n’ont jamais eu une importance considérable pour la région (comme le Nord de la France), que ces interdictions ont été un succès. Les mentalités changent donc peu, contrairement à ce que l’on pourrait penser, et les Espagnols notamment considèrent ces corridas comme faisant partie de leur patrimoine culturel et historique, et refusent donc de s’en débarrasser. Ce film, à juste titre nominé à l’Oscar 2018 du meilleur film d’animation, aborde ces thématiques politiques importantes, mais d’une manière très sensible et accessible aux enfants. Les personnages sont attachants, et le duo entre le grand taureau et sa meilleure amie la petite chèvre rappelle Manny et Sid dans « L’âge de glace ». L’histoire est pleine de rebondissements et parvient à entraîner avec conviction le spectateur dans l’escapade mouvementée du taureau au grand cœur. Un film à ne pas manquer donc, que vous soyez ou non un militant pour les droits des animaux.

  • De Robert L. Baird
  • Avec John Cena, Kate McKinnon, Gina Rodriguez et Bobby Cannavale
  • Blue Sky Studios
Ferdinand : militons pour les droits des animaux !
4.5Note Finale

A propos de l'auteur

Articles similaires