Les fantômes continuent d’envahir la croisette avec le nouveau thriller coréen de Na Hong-jin, projeté Hors-Compétition ce mercredi


Très apprécié du Festival de Cannes depuis l’explosif The Chaser, Hors-Compétition en 2008, et The Murderer, sélectionné dans la catégorie Un Certain Regard en 2011, le réalisateur sud-coréen Na Hong-jin revient cette année avec Goksung, un thriller noir explorant le parallèle entre le monde des vivants et le monde spirituel, sur fond de questionnement religieux et d’enquête sur des meurtres dictés par des esprits maléfiques.

Goksung de Na Hong-jin

Goksung de Na Hong-jin

Le village de Goksung fait face à une série de meurtres d’une violence rare, dont les coupables, à chaque fois retrouvés sur les lieux, semblent possédés par une âme d’une barbarie sans nom. Quant Jong-gu, policier maladroit et peureux, se met à fourrer son nez dans l’affaire et rendre visite au pécheur japonais suspicieux, c’est sa famille qui va être touchée et hantée par un démon dont elle peine à se débarrasser.

Goksung de Na Hong-jin

Goksung de Na Hong-jin

Déconcertant et radical dans ses choix, Na Hong-jin va jusqu’au bout de ses idées et livre un film fascinant sur la question du bien et du mal, les décisions hâtives des hommes et leurs réactions violentes forcées par le drame familial. Structuré en 3 parties distinctes, Goksung axe son premier tiers sur un ton plus humoristique avec ses policiers incapables, déboussolé par le coté surnaturel des évènements, la peur de l’étrange et de l’inconnu spirituel. La deuxième phase, quant à elle, opte pour un virage violent dans son action effrénée, la vengeance et les pulsions meurtrières du héros, dans l’impasse et l’incompréhension la plus totale. La dernière partie, d’une intensité folle, remet toutes les certitudes en question, proposant une réflexion sur le bien et le mal, la vie après la mort et la possibilité qu’un fantôme prenne la place d’un corps humain.

Goksung de Na Hong-jin

Goksung de Na Hong-jin

Très malin dans son scénario, le réalisateur coréen cultive le doute et tient son spectateur en haleine, dans des décors dévastés et plongés dans un bain de sang tétanisant, grâce à des personnages mystérieux. Si le film comporte une baisse de rythme dans son milieu, les actes chamaniques assourdissants poussés dans une légère surenchère, la mise en scène galvanisante et jusqu’au-boutiste fait son effet et plonge le spectateur dans un spectacle trash à souhait.

 

Goksung de Na Hong-jin

Goksung (The Strangers)
De Na Hong-Jin
Avec Kwak Do-Won, Hwang Jeong-min, Chun Woo-hee
Sortie inconnue

Festival de Cannes 2016 - Goksung (The Strangers)
4.0Note Finale