Née en Norvège dans une famille d’immigrés pakistanais, Nisha voit sa vie prendre un tournant drastique lorsque son père la surprend dans sa chambre avec un garçon. Soucieux de ne pas voir son enfant adopter les mœurs occidentales, le père de Nisha décide de l’envoyer vivre au Pakistan chez ses cousins.


En compétition aux côtés de onze longs-métrages dans la sélection officielle du Festival International de Films de Fribourg, le deuxième film de la réalisatrice norvégo-pakistanaise est en partie autobiographique. À quel point, on ne saurait le dire, mais les dialogues de « What Will People Say » respirent une telle authenticité qu’on en oublierait qu’il s’agit d’une fiction. Cet exploit doit beaucoup à la performance fantastique de la jeune Maria Mozdah, qui interprète l’héroïne ; la force de son interprétation grandit au fil du film tandis que le caractère kafkaïen de sa situation lui apparaît plus nettement et qu’elle s’enferme dans un mutisme, contrainte d’exprimer ses tourments par des jeux de regards subtils.

Dans l’opposition de la culture pakistanaise à la culture norvégo-occidentale, la réalisatrice évite le parti-pris pour montrer sans faux-semblant le tiraillement douloureusement subi par l’adolescente. D’ailleurs, la fascination de ses camarades, lorsqu’elle se rend à l’école au Pakistan, pour ce qui touche à la sexualité révèle la faible emprise qu’a toute culture sur les aspirations naturelles d’une personne. Et alors que le père révèle son mépris pour les mœurs occidentales « dégénérées » dans une réplique fugitive, une scène d’une brutalité insupportable au Pakistan montre que ce n’est pas tant l’Occident qui est à blâmer, mais la noirceur du cœur de certains hommes, où qu’ils noient nés.

Si l’interprète de Nisha porte quasiment le film seule, il serait dommage de passer sous silence la performance de Adil Hussain, vétéran de Bollywood, qui campe avec conviction le rôle de Mirza, ce père souhaitant, un peu maladroitement, c’est vrai, le meilleur pour sa fille. La réussite finale de « What Will People Say » est de s’extirper du particulier dans la relation père-fille qui unit les deux protagonistes : parfois franchement odieux, l’amour terrible que Mirza porte à sa fille transparaît pourtant à de rares mais précieux moments, nuançant cette figure du père qui aurait alourdi le film par un manichéisme trop prononcé, tout en appuyant paradoxalement le dilemme moral subi par sa fille, écartelée entre son souhait de renouer avec son père, de ne pas le décevoir, et sa soif de vie et de liberté. Une réussite !

What Will People Say (La mauvaise réputation)
NOR – 2017 – 106 Min. – Drama
Réalisateur: Iran Haq
Acteur: Maria Mozhdah, Adil Hussain
Praesens Film
13.06.2018 au cinéma

[FIFF2018] What Will People Say : de la Norvège au Pakistan
4.0Note Finale