Nous avions vingt ans pour nous préparer à cette séquelle à propos de laquelle nous n’attendions pas forcément grand-chose en toute honnêteté ; ce n’est pas comme si le premier était un chef d’œuvre à l’histoire inachevée que nous n’arrivions plus à trouver notre sommeil tant il nous était vitale de connaitre la suite. Un film qui nous avait bien amusé à l’époque, une sorte de film catastrophe qui avait au moins le mérite de nous faire passer un bon moment.  Mais deux décennies plus tard, l’effet est-il le même ?

Que le suspense s’arrête de suite : même avec vingt ans de préparation, c’est mission quasi-impossible d’aller au bout de ce tome deux tellement il est ennuyeux, cliché, vide de sens, avec un scénario inexistant et des dialogues qui oscillent entre le déplorable et l’effet djeun’s raté. Les nouveaux venus brillent par un jeu d’acteur tellement mauvais qu’ils seraient recalés même pour jouer dans une sitcom de milieu d’après-midi. Quant aux anciens, ils ont l’air de s’ennuyer encore plus que les spectateurs à commencer par un Jeff Goldblum qui nous avait habitué à bien mieux et qui est ici carrément méconnaissable et à juste l’air de vouloir en finir au plus vite. Mais peut-être est-ce aussi dû aussi au fait que les personnages qu’ils interprètent sont des caricatures, vides de toute profondeur et ne sont là car il faut bien des personnages pour faire avancer le film ?

De plus, nous avons cette désagréable impression d’assister à une redite du premier film, l’effet de surprise en moins. Mais à la différence du premier où une certaine tension pouvait encore être palpable avec cette menace alien et le besoin d’unité entre peuples, ici le réalisateur ne prend même plus la peine de créer un climat de panique ou angoisse. Avec celui-ci nous ne croyons pas une seconde à cette invasion extraterrestre, à la fin de la race humaine et même le discours humaniste en plein milieu tombe comme un cheveu sur la soupe, comme une sorte d’obligation mais dépourvu de toute crédibilité.

Le premier avait pour lui un côté amusant, bon enfant, pas prise de tête mais cette cuvée 2016 est indigeste car à force de vouloir faire toujours plus « fort », en mettre toujours plus « plein la vue », tout en essayant désespérément de se la jouer cool et drôle avec des petites tirades et situations aussi ridicules qu’inutiles, le bilan est consternant et n’arrive même pas à nous arracher un simple sourire de façade.

En regardant les nombreux bonus qui accompagnent le film et notamment le long making-of, nous y apprenons que s’il a fallu attendre vingt ans pour que cette suite voie le jour c’est tout simplement qu’ils tenaient à proposer quelque chose qui tienne la route et non pas un produit bâclé…peut-être aurait-il fallu attendre vingt années supplémentaires ? Ou tout simplement finir par mettre l’idée au placard ? Enfin, il est désormais trop tard, le désolant résultat est là !

Distributeur : 20th Century Fox
De Roland Emmerich
Avec: Bill Pullman, Jeff Goldblum, Liam Hemsworth, Jessie Usher, Maika Monroe, William Fichtner
Bonus: Scènes coupées; La guerre de 1996 (version longue); It’s early ABQ ; Le Making-of ; Le bêtisier ; La conception du film ; Commentaire audio de Roland Emmerich ; Bande-annonce

Independence Day Resurgence: une suite aussi fade qu'inutile
1.5Note Finale

A propos de l'auteur

Articles similaires