Pendant le Festival international du film d’animation d’Annecy 2018, nous avons aussi découvert des courts-métrages d’ailleurs. De ceux qu’on parlent très peu, voire, pas du tout dans les médias. Voici l’animation en Afrique du Sud via « The animation school south africa » et son court-métrage Arid !


Bonjour Jarrod Hasenjager, Comment s’appelle le nom de votre école et d’où venez-vous ?
Le nom de l’école est The Animation School, et nous sommes en Afrique du Sud. Nous avons deux filiales, une à Cape Town et puis nous avons une à Johannesburg.

C’est la première fois au Festival d’Annecy ?
C’est ma première fois, je suis arrivé samedi, absolument magnifique. Nous allons définitivement revenir dans le futur. Et jusqu’à présent ça a été fantastique.

Vous présentez aussi un court-métrage n’est-ce pas ?
C’est la première année que nous avons un de nos propres courts-métrages qui sera dans la compétition d’Annecy. Dans le passé nous avons eu beaucoup de succès dans d’autres compétitions, mais pas ici à Annecy, plutôt dans d’autres régions comme le New York Film Festival, entre autres.

et c’est quoi le nom du court-métrage ?
La production que nous avons, qui va être présentée ici à Annecy est Arid, et je dirais qu’on peut définitivement dire, sans trop s’avancer, que c’est un de nos meilleurs projets d’animation. Arid a été fait il y a 2 ans mais il a été choisi cette année pour être projeté ici à Annecy, ce qui est clairement fantastique.

De quoi parle votre court-métrage ?
Arid est une histoire très centrée sur l’Afrique qui raconte l’histoire d’une relation entre père et fils. C’est définitivement quelque chose qui évoque la narration locale africaine. En essentiel, c’est ça.

www.theanimationschool.co.za

[Interview réalisé en collaboration avec Yan Fauchère]

A propos de l'auteur

Depuis des nombreuses années, Carlos Mühlig met son savoir faire journalistique et en matière de communication au service de sa passion pour le 7ème art.

Articles similaires