Le réalisateur français, Michel Leclerc, met en contradiction des idées politiques avec la société d’aujourd’hui. Sa nouvelle comédie dramatique est instructive et pose les bonnes questions.


Paul et Sophia, un couple de contestataires anti-capitaliste vient s’établir dans un quartier populaire. Ils ont quitté le centre de Paris qui est devenu trop bourgeois à leur goût. A présent, leur fils Corentin fréquente l’école publique « Jean Jaurès » et côtoie des enfants de divers horizons.

Lorsque ils découvrent que Corentin est harcelé et endoctriné par certains de ses camarades de classe, les jeunes parents tentent de trouver une solution. Fortement perturbés, ils essayent d’inscrire leur fils dans une école privée, comme l’ont fait certains de leurs voisins…

Se pose alors une question. Ont-ils raison de renoncer à leurs principes pour l’avenir et le bien-être de leur enfant ? Le scénario de « La Lutte des classes » est né d’une situation que Michel Leclerc et la scénariste Baya Kasmi ont réellement vécue lorsqu’ils habitaient Bagnolet. Le metteur en scène explique que son fils à subi les mêmes épreuves. À travers ses personnages, le cinéaste a voulu partager l’angoisse quotidienne des parents et a choisi l’humour pour évoquer ce traumatisme.

Creuser les contradictions de la gauche est une constante dans le travail de Michel Leclerc, comme on a pu le voir avec « Le nom des gens » sorti en 2010 et « Télé Gaucho » en 2011. Le réalisateur démontre que de croire en des valeurs met parfois les gens dans des situations très inconfortables. On peut défendre ses idées, mais ils faut aussi accepter celles des autres. Ses histoires partagent ce genre de réflexion, sans cynisme.

Edouard Baer a été choisi pour interpréter Paul un vieux punk gauchiste. Ce nouveau rôle donne au comédien un côté sympathique. Paul n’est pas seulement un séducteur sophistiqué, il a les pieds sur terre et se veut proche du milieu populaire.

À ses côtés nous trouvons Leïla Bekhti (Sofia), l’actrice enchaîne les apparitions au cinéma et la télévision (32 films en tout). Nous l’avons vue dans «Une vie meilleure» de Cédric Khan ainsi que dans les films « Maintenant ou jamais » et « Un homme pressé ». Elle a aussi tenu un rôle important dans les comédies « Nous trois ou rien », et « Le grand bain ».

Ramzy Bedia (Alad’2, Coexister, Lola et ses frères, une vie ailleurs, Taxi 5) est lui aussi au casting. Le comédien est devenu avec le temps une valeur sûre du cinéma hexagonal. Dans ce long-métrage, il incarne un responsable d’établissement scolaire original.

Tom Levy trouve, dans «La Lutte des classes», son premier rôle au cinéma. Pour dénicher la perle rare, Michel Leclerc a fait un grand casting. Le jeune s’est fait remarquer par son tempérament hors du commun. Dans le film, on ne sait jamais ce que pense Corentin. Est-t-il tourmenté par ses camarades? Se plaît-il dans son école ? Le scénario ne donne pas de réponse. Tout passe par ce qu’il raconte à ses parents qui sont en décalage par rapport à la réalité et parfois un peu naïfs.

Ce long-métrage a été réalisé en banlieue parisienne. Bagnolet est une commune où il fait bon vivre, la municipalité organise des fêtes dans un souci de mixité. L’équipe du tournage a mis en valeur les lieux, en faisant abstraction de la violence pour se focaliser uniquement sur les personnages et leurs soucis quotidiens.

Ce film présente différents thèmes tels que : la famille, l’intégration, la mixité et les rapports de voisinage, mais le sujet principal de cette comédie-dramatique est l’idéologie politique et ses excès. Cette réalisation est une réussite, car elle se moque, avec justesse et sans méchanceté, des personnes aveuglées par leurs idéaux.

La lutte des classes
FR   –   2019   –   Comedy
Réalisateur: Michel Leclerc
Acteur: Leïla Bekhti, Ramzy Bedia, Edouard Baer, Xavier Alcan, Vincent Furic, Pascal Tantot, Ian McCamy, Rachel Berges
Pathé Films
17.04.2019 au cinéma

"La lutte des classes" : Des thèmes actuels !
4.0Note Finale