À Paris, une femme se sentant suivie dès la sortie de son travail, court pour rejoindre son appartement bourgeois afin de semer son agresseur. Par manque de chance, celui-ci arrive à s’introduire dans le domicile avant de s’apercevoir que ses avances sont non seulement repoussées, mais que le mari est un de ses partenaires de Tennis.


Dans le climat social actuel de monter d’un féminisme toujours plus violent et acerbe, réaliser un film comme celui-là est plutôt audacieux. Cela même s’il est issu d’une pièce du théâtre de boulevard ou vaudeville d’un des plus grands dramaturges français du genre Georges Feydeau aux IXème et XXème siècles. Il va falloir expliquer aux générations actuelles que tout ceci à un but comique uniquement et qu’il n’est absolument pas dans l’intention du réalisateur de glorifier un quelconque comportement de harcèlement de rue. En tout cas le timing est bien choisi pour faire le buzz. L’interprétation est également originale, puisque l’époque n’est pas celle initialement utilisée par l’auteur. Jalil Lespert nous catapulte dans le Paris bourgeois et artistique des années 1960 avec toutes ses couleurs criardes, son goût naissant pour l’art abstrait et tout le ridicule qui peut s’en échapper avec un œil contemporain. Les performances des acteurs sont plus crédibles que bien des troupes de théâtre qui ont joué cette pièce.

A l’instar des autres vaudevilles de Feydeau, Le Dindon, titre original, possède un rythme effréné qui fatigue autant les acteurs que les spectateurs, mais dans le bon sens. Pour apprécier pleinement ce film, il est impératif de se plonger dans le contexte socio-culturel de l’époque dans laquelle l’œuvre a été écrite, sans cette précaution, vous risquez de passer largement à côté d’une comédie rendant hommage au style.

Les esprits les plus étriqués d’entre nous pourront à loisir se scandaliser devant autant de message sexiste et encourageant apparemment un certain harcèlement à la base du tristement nécessaire mouvement Balance ton porc. J’insiste vraiment sur le fait que cette croisade ne concerne en rien ce film qui sera certainement cantonné dans la niche des érudits du deuxième art. Alors ne criez pas trop vite à l’infamie, à la révolte ou au boycott et passez un moment hors des folies de notre temps.

Le Dindon
FR  –   2018   –   Comédie
Réalisateur: Jalil Lespert
Acteur: Dany Boon, Guillaume Gallienne, Holt McCallany, Alice Pol, Ahmed Sylla, Laure Calamy
Pathé Films
25.09.2019 au cinéma

"Le Dindon" : Théâtre de Boulevard pour Spectateurs avertis
4.0Note Finale

A propos de l'auteur

Cinéphile passionnée, écrivaine et musicienne depuis son enfance, elle offre son âme d’écorchée vive au besoin de l’art et de la transmission de ses émotions. Voter folie est-elle la même ?

Articles similaires