Daniel Espinosa réussit à délivrer un thriller spatial chargé de tension et de belles images. Cependant avec des protagonistes incompétents et un alien qui défie les lois de la physique, c’est à se demander si « Life : Origine Inconnue » testerait en réalité l’intelligence de son public…


Un groupe de scientifiques tente de découvrir s’il existe une forme de vie sur la planète Mars. Après avoir recueilli un échantillon, qu’ils embarquent sur leur station spatiale, ils décident d’effectuer quelques tests. Ils découvrent, à leur grande surprise, qu’ils viennent d’entrer en contact avec un extraterrestre. Cette nouvelle réjouit les habitants de la planète Terre, qui, excités par cette avancée scientifique, donnent même un nom à cet être organique : Calvin. Malheureusement, la curiosité humaine peut être tantôt source de découvertes révolutionnaires, tantôt fatale L’équipe composée de David (Jake Gyllenhaal), Miranda (Rebecca Ferguson), Roy (Ryan Reynolds), Sho (Hiroyuki Sanada), Hugh (Ariyon Bakare) et Ekaterina (Olga Dihovichnaya) l’apprendra à ses dépens.

En 1979, Ridley Scott révolutionnait le cinéma avec son chef d’œuvre « Alien, le huitième passager ». Le réalisateur était parvenu à créer une atmosphère asphyxiante, grâce à cette idée ingénieuse que dans l’espace, personne ne peut nous entendre, ni nous aider. Dans l’espace, les scientifiques sont seuls, face à eux-mêmes et les habitants de la planète bleue sont impuissants, puisqu’ils ne peuvent apporter leur aide et ne sont, d’ailleurs, pas forcément au courant sur ce qu’il se passe là-haut.

« Life : Origine Inconnue » est un thriller de science-fiction qui se veut au croisement du film de Ridley Scott, ainsi que de « Gravity » d’Alfonso Cuarón ». En effet, Daniel Espinosa utilise l’esthétique du film de Cuarón, en s’inspirant de ses mouvements de caméra et beaux plans, mais aussi des problèmes qui y sont rencontrés dans l’espace, comme, par exemple, les conséquences de la gravité zéro sur le corps d’un être humain. Chaque incident ne fait que renforcer le sentiment de perte de contrôle et d’urgence. D’un autre côté, le long-métrage reprend les caractéristiques d’ « Alien » avec son histoire similaire, son ambiance fermée, les couloirs infinis, comparables à un labyrinthe, et les morts violentes des personnages, qui sont très graphiques. La créature présentée ici au spectateur convainc et le fait frémir, avec, au départ, son aspect gélatineux, évoluant et se solidifiant au fur et à mesure qu’elle se nourrit. Imprévisible, Calvin fait ressentir au public la claustrophobie vécue par l’équipage et sa peur primitive de se faire prendre par une créature dont on ignore l’étendue de ses capacités.

Bien qu’il se présente comme une sorte de reboot du film de 1979, « Life : Origine Inconnue » arrive à capter notre attention notamment grâce à ses effets spéciaux excellents, presque imperceptibles, conférant plus de réalisme à la situation. La bande sonore composée par Jon Ekstrand est correcte, puisqu’elle réussit à être suave dans des moments plus légers et devient agonisante, pour transmettre la terreur et la panique des personnages. Le casting, à qui l’on a confié des personnages peu développés, n’évoluant pas et commettant des erreurs typiques des films d’horreur, délivre une bonne performance. Rebecca Ferguson, qui a été aperçue dans le dernier « Mission Impossible », sort du lot avec un personnage rationnel, tentant de protéger la planète Terre. Elle est une alternative satisfaisante à Sigourney Weaver.

Malheureusement, il est difficile de passer outre et d’ignorer qu’il s’agit d’une version actualisée d’autres films qui ont marqué l’histoire du cinéma. Ce sentiment se traduit avant tout par la prévisibilité du scénario. La tension est palpable, particulièrement quand Calvin quitte sa cage. On en vient à se demander comment se défendre face à une menace nouvelle avec des ressources limitées ? Le public est parano devant l’inconnu et ignore encore si le long-métrage Espinosa déviera ou non des chemins empruntés par les autres films du genre. Quand on se rend compte que le déroulement des événements, nous est très (trop) familier et qu’il aboutira fatalement au dénouement auquel on s’attendait, la tension perd de sa force. Certes, la structure narrative n’a rien d’original, mais les morts et les moyens employés pour lutter contre l’alien auraient pu être plus créatifs. Puis, les personnages étant tout de même dotés de titres de « Dr. » et considérés comme des références dans leur domaine, paraissent parfois peu crédibles et oublient des connaissances scientifiques basiques dans des situations d’urgence où ça leur aurait été utile. Plus qu’oublier, ils semblent les ignorer ! Leur instinct de survie est douteux et défaillant, à tel point que l’on se demande si inconsciemment, ils ne sont pas en fait attirés par l’idée de mourir. Ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres, de nombreuses incohérences qui sont mises en place pour faciliter le règne de terreur de Calvin et se produisent toujours quand cela arrange le scénario. Contrairement à « Alien », ce film manque parfois de logique et les spectateurs, qui ont l’œil pour les détails, le crucifieront pour ses facilités scénaristiques et sentiront que leur intelligence est insultée.

Si l’on met de côté, le réalisme du script, « Life : Origine Inconnue » remplit quand même ses fonctions principales. Malgré ses limitations dans l’argument qu’il présente et son caractère répétitif, il divertit en offrant des moments intenses au rythme accéléré, des images sanglantes avec des acteurs faisant bien leur travail et un twist final courageux, laissant l’audience désespérée d’en voir plus.

Life – Origine inconnue
USA   –   2017   –   SciFi
Réalisateur: Daniel Espinosa
Acteur: Rebecca Ferguson, Ryan Reynolds, Jake Gyllenhaal
© Sony Pictures Releasing International. All Rights Reserved.
19.04.2017 au cinéma

"Life : Origine Inconnue" c’est "Alien, le huitième passager" avec la logique en moins
2.5Note Finale