Un excellent drame sans pathos, porté par la solide composition de Casey Affleck, décidément meilleur acteur que son frère.


Lee Chandler est un homme inexpressif, fuyant la conversation avec les locataires des immeubles dont il s’occupe dans une banlieue morose de Boston. Le soir, il se rend dans un bar où il boit seul et évite toute discussion. Il déclenche des bagarres sans raison aucune. Avec son départ pour Manchester (celui du Massachussetts, pas celui du Royaume-Uni), débute une alternance entre le présent du film et les souvenirs qui surgissent dans l’esprit de Chandler. Ce sont d’abord des souvenirs de joie, les moments passés en compagnie de son frère et de son neveu, Patrick. On découvre que l’homme taciturne qu’est Lee Chandler fut un temps affable et expressif. Peu à peu, se dévoile le drame qui a poussé Chandler à fuir Manchester.

Ce chassé-croisé entre le présent de la narration et les souvenirs, qui donnent à l’intrigue une épaisseur toujours plus grande, est remarquablement construit. Casey Affleck est merveilleux dans le rôle d’un homme blessé, incapable de partager et d’exprimer ses émotions. Le film travaille à donner du corps à son personnage dont la trajectoire ne consiste pas en une évolution linéaire mais est au contraire marqué par oscillations, améliorations et rechutes.

Voici une des grandes forces de ce film, celle de rester sur le fil juste, de ne jamais verser dans le pathos ou la fin heureuse. Kenneth Lonergan, qui s’offre dans le film un caméo, propose un admirable récit où le spectateur est suspendu à l’émotion retenue des personnages. Connu pour son travail de scénariste, dans « Mafia blues » et « Gangs of New York » notamment, Kenneth Lonergan réussit, pour son troisième film en tant que réalisateur après « Tu peux compter sur moi » et « Margaret », un coup de maître.

Manchester By The Sea
De Kenneth Lonergan
Avec Casey Affleck, Lucas Hedge, Michelle Williams
Universal
Sortie le 01/02

"Manchester By The Sea" : portrait d’un homme blessé
4.0Note Finale