Matthias et Maxime ont grandi ensemble. Aujourd’hui trentenaires, ils sont restés de très grands amis. Mais depuis ce baiser devant la caméra pour un projet de film amateur, Matthias ne sait plus où il en est.


« Si si, je t’assure ! J’ai même la vidéo qui le prouve ! Tiens, regarde par toi-même ! Aaaaah tu vois, j’avais raison ! » Après avoir perdu un pari de fin de soirée entre potes, Matthias doit embrasser Maxime pour l’intrigue d’un film amateur, réalisé par la soeur d’un ami. Si Maxime (Xavier Dolan) est plutôt motivé à se retrouver devant la caméra, Matthias redoute un peu cet instant… Ce qu’il se passe leur appartient. L’intimité de ce moment sera préservée tout au long du film. Seuls les fantasmes de Matthias nous guideront sur la vérité de cet instant. Car pour ce jeune homme, ce baiser de cinéma va tout changer…

L’identification à cette bande de potes qui déblatèrent des vannes dans un accent québécois très prononcé, est facile. On se retrouve naturellement dans le cercle social que partagent Matthias et Maxime. Si ces deux sont au coeur de l’intrigue, c’est davantage Matthias que l’on suit à travers ses tourments et états d’âme. Après tout, qui n’a jamais entendu parler de ce que l’on pourrait appeler « l’amour-mitié » ? La question est en revanche plus taboue lorsqu’il s’agit d’homosexualité. Qui plus est lorsque l’on parle de deux amis d’enfance. Peut-on parler de relation homosexuelle ? Ou alors d’amitié puissante et indéfectible envers cet ami proche ? La seule différence demeure-t-elle le passage à l’acte ? Une chose est sûre, il est bel et bien question d’amour. La fin du film exploite cette ambiguë, laissant place à notre imaginaire. Car la vraie nature de cette relation sera préservée. Elle n’appartient qu’à eux, après tout. Nullement au reste du monde.

Certains pourront peut-être reprocher au récit son caractère très répétitif. Pourtant, c’est grâce à cette répétition que l’on comprend l’ambiguïté : à la fois, une attirance sexuelle palpable et un attachement profond qui s’apparenterait à celui que l’on éprouve pour un membre de sa propre famille. A travers le personnage de Matthias, le réalisateur et acteur Xavier Dolan y raconte peut-être ici une partie de son histoire, qui sait…? Lui qui espère tant que le public se retrouve dans ses œuvres.

Les rapports sociaux sont au centre de l’histoire. Les personnages sont ancrés dans un contexte social bien défini. Xavier Dolan continue de repousser les limites du cadre. Celles du cadre social tout d’abord, en prouvant que l’Amour n’a pas de sexe. Et puis, symboliquement, par la représentation de cette folle envie de liberté. Un besoin même pour Matthias, celui de s’exprimer et de crier au monde entier son tiraillement cornélien. Quant à Maxime, c’est en quittant son Québec pour l’Australie qu’il parviendra à se libérer de ses racines, qui, comme des chaînes, l’empêchent cruellement d’évoluer.

Matthias & Maxime
CA- 2019
genre: Drame
Réalisateur: Xavier Dolan
Avec : Gabriel D’Almeida Freitas, Xavier Dolan, Anne Dorval…
Pathé Films
30.10.2019 au cinéma

"Matthias & Maxime" : Xavier Dolan repousse les limites du cadre
4.5Note Finale

A propos de l'auteur

Amoureux du film « American Gigolo », ses parents la prénomme en hommage à l'actrice Lauren Hutton. Ainsi marquée dans le berceau, plus tard, comment rester indifférente face au 7ème art ? S'enivrant des classiques comme des films d'auteur, cette inconditionnelle de Meryl Streep prolonge sa culture en menant des études universitaires de cinéma. Omniprésent, c'est encore et toujours le cinéma qui l'a guidée vers le journalisme. Preuve indélébile de sa passion, celle qui se rend dans les salles pour s'évader et prolonger ses rêves, ne passe pas un jour sans glisser une réplique de film dans les conversations. Et à tous ceux qui n'épellent pas son prénom correctement ou qui le prononcent au masculin, la Vaudoise leur répond fièrement, non sans une pointe de revanche : « L-A-U-R-E-N, comme Lauren Bacall ! ». Ça fait classe ! ;)

Articles similaires