La réalisatrice polonaise Malgorzata Szumowska porte un regard critique sur les régions rurales de son pays et ses compatriotes. Son dernier long-métrage raconte la nouvelle vie d’un ouvrier défiguré.


Jacek Kalisztan réside avec sa famille dans un village de la campagne polonaise.

Engagé sur un chantier titanesque, il participe à la construction d’une statue géante du Christ Rédempteur. Le colosse de béton mesurera 36 mètres et sera la statue chrétienne la plus haute du monde. Une fierté pour ce pays catholique et conservateur.

Victime d’un accident de travail, le jeune homme se retrouve du jour au lendemain, handicapé et défiguré. Emmené d’urgence à l’hôpital, il s’en sort avec de grosses séquelles. Les chirurgiens lui greffent un nouveau visage, une première en Europe. Le miraculé va devenir, sans s’en rendre compte, un objet de propagande et un héros national…

Distingué «Ours d’argent, Grand Prix du Jury», à la 68ème édition du film de Berlin, le nouveau long-métrage de la réalisatrice polonaise Malgorzata Szumowska laisse un avis assez mitigé.

Cette création est intéressante et dynamique. Le visage défiguré du jeune ouvrier fan de Hard Rock est mis en évidence. Les progrès de la médecine (ou du cinéma) font que l’homme au faciès reconstitué ne surprend pas. Cela permet de focaliser notre attention sur un aspect plus gênant du film…

Présentés comme des sauvages, les polonais sont caricaturés à l’extrême. Les proches de Jacek Kalisztan se composent d’hommes alcooliques et racistes, de religieux obsédés et profiteurs ainsi que de filles faciles. Cette présentation décrédibilise le film et donne une image peu flatteuse du pays à l’étranger.

La statue existe vraiment. Plus de 10.000 personnes ont assisté à la cérémonie de consécration à Świebodzin, une ville située dans l’ouest de la Pologne. Le curé de la paroisse de la «Miséricorde Divine», Sylwester Zawadzki est à l’origine du projet. La construction a duré cinq ans et a coûté 1,5 million de dollars, des donations récoltées auprès des 21 000 habitants de la cité.

Érigée le 6 novembre 2010, le colosse mesure au total 36 mètres (contre 33 à Rio). Il repose sur une butte de terre haute de 16 mètres et le poids total de la construction est estimé à 440 tonnes. Cette oeuvre se différencie des autres monuments du genre par une couronne dorée qui la surplombe.

Au casting, nous trouvons, Mateusz Kosciukiewicz (Jacek) qui est convaincant dans le rôle principal. Star dans son pays, il a déjà joué dans les précédents films de la réalisatrice: «Elles» et «Aime et fais ce que tu veux» sortis en 2011 et 2013. Il est accompagné d’acteurs et actrices locaux méconnus en Suisse.

La bande son est composée de tubes Hard-Rock et de musiques électroniques.

Le thème de la souffrance est bien abordé dans cette réalisation. Cette histoire nous rappelle la fragilité de l’être humain d’un point de vue physique, mais aussi moral. La sobriété des images fait que le spectateur n’est pas choqué par le drame.

Twarz (MUG)
POL   –   2018   –   100 Min.   –   Drame
Réalisateur: Malgorzata Szumowska
Acteur: Mateusz Kociukiewicz, Agnieszka Podsiadlik, Malgorzata Gorol
Xenix Film
30.01.2019 au cinéma

"Mug" : Un autre visage !
2.5Note Finale