L’inspecteur de police Thong Wen (Jackie Chan) se retrouve dans un bar louche pour voir sa fille Miao, dont le propriétaire Wu Jiang est également son petit ami. Alors qu’il allait quitter le bar, il se fait agresser et prendre en otage par le propriétaire, ainsi qu’une douzaine d’autres personnes, sa fille y compris. Ce dernier réclame la libération d’un prisonnier que Zhong a fait incarcérer quelques années auparavant, à la suite d’un braquage qui a mal tourné dans une pharmacie. Il faudra presque les trois-quarts du film pour qu’on commence enfin à comprendre qui a fait quoi, et la raison de cette prise d’otages. Il faut reconnaître que, si le scénario peine à accrocher, les combats sont réglés de main de maître, et il faut également relever que Jackie Chan n’a rien perdu de sa forme : il est toujours aussi souple et maîtrise toujours aussi bien les arts martiaux. La belle Jing Tian campe Miao, sa fille qui balance du papa à tort et à travers en voulant à tout prix l’empêcher de faire son boulot. Quant à Liu Le, c’est le preneur d’otages (Wu Jiang), celui qui ne rêve que de vengeance et qui a préparé son coup bien en amont. Un tournage en huis clos dans cette usine transformée en bar branché qui rend l’ambiance oppressante du début à la fin. Un thriller plutôt qu’un polar avec un Jackie Chan attachant avec ses valeurs morales indéfectibles. Les dialogues des seconds rôles ne sont pas vraiment crédibles, parce que la traduction du chinois en français est peut-être trop littérale et pas suffisamment adaptée à notre manière de penser. De ce fait, ils semblent récités sans conviction aucune. Par ailleurs, le film aurait gagné en crédibilité si les doublages de voix avaient été faits par des voix moins aiguës. On nous dit que c’est le dernier volet d’une saga-cultele dernier-né, ou le bouquet final ?

  • Un film de Ding Sheng
  • Avec Jackie Chan, Jing Tian, Liu Le et Yu Rongguang
  • Emperor Motion Pictures
POLICE STORY, LOCKDOWN : une chinoiserie à la sauce américaine…
3.0Note Finale