RRR, pour sauver « Milla », il faut « charger, viser et tirer ! »

Un hommage osé et violent aux révolutionnaires en Inde.

A lire aussi

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

« RRR », soit « Rise, Roar, Revolt » en anglais et « S’élever, Rugir, Se révolter » en français, est un film incroyable et épique provenant directement des idées du formidable cinéaste Indien S. S. Rajamouli. De l’Ukraine à l’Inde, « RRR » a déjà son succès.


Dans les années 1920, au sein de l’état du Télangana en pleine jungle indienne, la femme du Gouverneur Anglais Scott, décida spontanément d’acheter Milla, une jeune fille douée en chant et en pose de henné. Impuissant et enragé par ce choix, Komaram Bheem, le protecteur de la tribu, jurera de la retrouver et de la libérer par n’importe quels moyens, quittes à tuer. Après plusieurs mois de recherches, accompagné d’amis fidèles, Bheem va faire la rencontre de l’étonnant et amical Rama à Dehli. Un ouvrier de basse caste, comme Bheem. Mais les 2 hommes se cachent beaucoup de choses. Ainsi, Rama est en réalité un officier de police en mission d’infiltration. Il doit retrouver les activistes voulant tuer Scott, le Gouverneur. Sans connaître leurs intentions respectives, Rama et Bheem vont devenir vraiment proches, sauver des vies et partager de très beaux moments ensemble. Cependant, leur passé va les rattraper. Entre le rebelle prêt à tout pour sauver Milla et l’officier nationaliste, qui vaincra ?

Quelque temps après le succès surprise planétaire du diptyque « Baahubali » en 2017, le polyvalent et très actif réalisateur S. S. Rajamouli, annonça que son prochain projet cinématographique serait un drame social épique.

Début 2018, le titre de son nouveau long-métrage se dévoila : « RRR ». Si l’abréviation changea à quelques reprises, « Rise, Roar, Revolt » pour sa version anglaise, se conserva finalement officiellement.

Audacieux, inventif, magnifique et rythmé, « RRR » s’avère être en plus, un péplum spectaculaire et violent. Afin de le concrétiser, S. S. Rajamouli et son collègue scénariste Vijayendra Prasad (« Baahubali »), se basèrent sur 2 héros de la révolution indienne contre les Anglais : Komaram Bhreem et Alluri Sita Rama Raju. En ajoutant la question, que se passerait-il s’ils se rencontraient ?

Une fois la trame écrite, la distribution choisie minutieusement avec notamment les impressionnants N. T. Rama Rao Junior (« Temper ») et Ram Charan (« Bruce Lee : The Fighter »), soit « Bheem » et « Rama », Ray Stevenson (« Le Transporteur 4 : L’Héritage ») en tant que « Gouverneur » ou encore Olivia Morris (« Hotel Portofino ») qui joue la sensible « Jennifer » et les lieux de tournage sélectionnés également avec soin, « RRR » se concrétisa.

Malheureusement, la fiction subit de plein fouet l’épidémie de la Covid et sa sortie fut reportée à de nombreuses reprises. D’autant plus que l’Inde demeura l’un des pays très impactés par la pandémie. En outre, « RRR » s’avéra être l’une des dernières grosses productions étrangères à avoir tourné à… Kiev, en Ukraine. En effet, l’équipe se rendit au Mariinsky Palace, une résidence du Président ukrainien,pour une incroyable séquence chantée et dansée. A ce jour, le Palace est toujours entier, mais comme d’autres monuments historiques, fortement menacé.

Si cette triste anecdote devient aussi historique, « Roudram Ranam Rudhiram » en version originale telugu, vient à peine d’être distribué dans les salles et qu’il a déjà plus de succès que « Baahubali : The Conclusion ». En effet, le budget de départ de « RRR » était d’environ 3 millions de roupilles, quelques jours après ses premières diffusions, ladite réalisation se rentabilise rapidement avec plus de 4 millions d’entrées de par le monde.

Quant aux rares défauts de « RRR », comme certains effets numériques assez bâclés et quelques faux raccords scénaristiques, ils s’oublient vite grâce à l’histoire du long-métrage, mais également avec sa brutalité et son manque d’apesanteur très maîtrisé.

S’adressant à un large public, même aux spectateurs-trices n’appréciant guère les films Tollywood (soit une autre sorte que les Bollywood), « RRR » plaira davantage aux jeunes pour ses qualités susmentionnées. Bien sûr, les Indiens-iennes ressentiront aussi un fort engouement par rapport à cette fiction qui ne laisse pas 1 minute de répit aux héros.

« RRR » s’annonce donc déjà comme l’une des meilleures réussites 2022 pour l’Inde, le pays produisant toujours le plus de réalisations au monde. A savoir que le polyvalent S. S. Rajamouli a annoncé travailler sur un autre projet qui sera certainement, tout autant réussi et spectaculaire.

RRR
IND – 2021
Durée: 3h07 min
Action, Drame, Historique
Réalisateur: S. S. Rajamouli
Avec: N. T. Rama Rao Jr., Ram Charan, Ajay Devgn, Alia Bhatt, Oliva Morris, Alison Doody, Shirya Saran
N&N Creations GmbH
24.03.2022 au cinéma

Article précédentI Wanna Dance With Somebody
Article suivantMorbius
- Publicité -

Heitere Fahne

En roue libre

Arthur, malédiction

L’Homme parfait

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -