S.O.S. FANTÔMES

Le public s’attendait à une nouvelle proposition mettant en valeur non seulement les héroïnes mais aussi l’apparition des fantômes. Il se retrouve avec un remake du premier opus doté d’un scénario à la cohérence assez douteuse…


Le spectateur suit donc les aventures de quatre femmes, Erin, Abby, Holtzmann et Patty, qui se doivent de représenter la force et la détermination du canon féministe mais qui ne sont en réalité que des stéréotypes amplifiés par le quota d’actrices féminines nécessaires et souhaité par Hollywood. Nous avons Erin, qui quitte l’université pour réaliser son rêve d’enfant de chasser des fantômes, et rejoint donc Abby, fondatrice de la nouvelle équipe, sa « meilleure amie » qui représente les femmes en surpoids, montrant de ce fait que même les rondeurs n’empêchent pas de sauver de la ville de New York d’attaques ectoplasmiques. Le personnage de Holztmann ne déroge pas non plus aux stéréotypes, tant il était inévitable de retrouver une femme qui incarne l’élément comique et qui fait rire l’assemblée par des blagues peu recherchées et traduisant un cruel manque d’inspiration de la part des scénaristes. C’est évidemment elle qui créera les gadgets les plus farfelus afin que cette « merveilleuse équipe de femmes-battantes » se retrouve sur le terrain avec un attirail digne des films de l’Inspecteur Gadget.

S.O.S. FANTÔMES

Par la suite, lorsque le film aurait pu au moins montrer un méchant qui soit à la hauteur des représentations fantomatiques du long-métrage, le spectateur se retrouve face à un autre cliché hollywoodien. Rowan est ainsi présenté comme un être sans importance qui veut uniquement prendre possession de la ville pour se venger des années où il a été maltraité par la population newyorkaise. Un homme à la jeunesse difficile et qui décide donc contre toute logique de semer le chaos parmi des gens innocents, quelle originalité… On regrette Vigo, le fléau des Carpates, la tristesse de Moldavie.

Un jeu de piste entre les quatre héroïnes et Rowan s’installe. Les femmes courent affronter le méchant dans une interminable poursuite un peu trop facilement orchestrée, n’offrant au public qu’un maigre suspense. Le réalisateur tente, malgré son échec assez considérable, de proposer une nouvelle approche de l’intrigue en y intégrant une dimension de doute chez les quatre protagonistes. Malheureusement, comme pour le film en entier, les clichés refont surface rapidement et l’intrigue principale du film – avertir la population et sauver New York – est très vite mise de côté. Paul Feig essaie donc de cacher les défauts de son film derrière une abondance d’effets spéciaux, pour combler les envies de sensationnel d’un public inexpérimenté, laissant de fait une grande part du développement du récit de côté. Cependant les fans et le public avertis ne tomberont pas dans ton piège Paul, bien essayé…

S.O.S. FANTÔMES

Cette resucée de « S.O.S. Fantômes » est donc un opus qui ne se rattache en aucun cas au premier film. Il est évident que le souhait du réalisateur a été en premier lieu de lui donner un coup de jeune afin d’intéresser un plus large public à cet univers. Cependant, rien dans l’intrigue n’aboutit jamais, ce qui crée un scénario plat et qui ne creuse pas du tout ses idées. Paul Feig propose aussi de remplacer le groupe du premier film par des femmes, une vision extrêmement intéressante sur le papier car celle-ci apporterait non seulement une nouvelle fraîcheur au film, mais permettrait ainsi de retrouver certaines actrices en tête d’affiche. Malheureusement, lorsqu’il s’agit d’autant de comédiennes de seconde zone au jeu d’acteur déplorable et à cause des quotas de profils féminins imposés par les clichés de l’industrie du cinéma, le spectateur se retrouve rapidement désarçonné face au choix de casting du réalisateur, qui reprend quelques actrices avec lesquelles il a travaillé dans ces précédentes comédies plus ou moins lourdingues (« Mes Meilleures amies », « Les Flingueuses », « Spy »).

S.O.S. FANTÔMES

Cette frustration continue avec un bien triste clivage entre hommes et femmes. Le film met les personnages féminins en valeur, de par leur courage, les études qu’elles ont entreprises ou encore leur détermination à poursuivre leurs choix de carrières tout en mettant en péril leurs vies. Alors, qu’au contraire, le casting masculin est tourné au ridicule, comme Kevin, le stagiaire joué par Chris Hemsworth, qui n’est présent que pour sa beauté et non pour son aptitude à travailler avec les quatre femmes. Il en va de même avec Garett, le guide du manoir de Sir Albridge au début du film, présenté comme un homme sans courage et craintif. Etre féministe ce n’est pas renverser les stéréotypes sexistes, mais les abolir.

Le film reste néanmoins relativement décent en ce qui concerne les effets spéciaux, notamment lors des scènes d’affrontements entre les héroïnes et les fantômes, et s’affirme donc comme un divertissement sans aucune prétention qui plaira à un public peu exigeant, mais qui décevra les fans du premier opus et donnera au spectateur averti une furieuse envie de s’arracher les cheveux en sortant de la salle.

S.O.S. FANTÔMES

S.O.S. FANTÔMES
De Paul Feig
Avec Melissa McCarthy, Kristen Wiig, Kate McKinnon
Walt Disney Pictures
Sortie le 10/08

"S.O.S. FANTÔMES" : réincarnation ratée.
1.5Note Finale