Si les critiques de la presse internationale sont très négatives quant à « Saaho », le public l’apprécie nettement plus. Car malgré les effets visuels catastrophiques et une histoire un peu trop brouillonne, le film a son potentiel et est largement divertissant.


A Waaji City, le cartel le plus puissant de la ville est au abois. Le patron de cette mafia, Roy, a en effet un secret important qu’il va annoncer… Il va se retirer du syndicat du crime et laisser son fils reprendre le flambeau. Malheureusement et pour des raisons mystérieuses, Roy décède dans un accident de voitures clairement volontaire. Depuis cet incident, la police est sur les nerfs car d’autres problèmes surviennent. Notamment des membres du cartel tués sans aucune raison leur semblant valable. De ce fait et sans comprendre les liens entre l’assassinat du Président de l’organisation mafieuse et celles des autres atrocement, l’inspectrice Amritha piétine dans son enquête. Mais l’arrivée d’Ashok dans l’équipe policière pourrait tout changer. Car non seulement il est une tête brûlée, mais en plus, il décèle tous les petits détails nécessaires. A tel point que cela en devient troublant… Est-il vraiment celui qu’il prétend ? Et si tout ceci, n’était qu’un énorme complot avec des envergures inimaginables ?

« Saaho », se traduisant plus moins en français par « Que la victoire soit avec nous », est une gigantesque production Bollywood. Et à présent, la plus chère de son histoire parce qu’elle dépasse même le budget de l’inoubliable diptyque « Baahubali ». « Saaho » demeure donc un film d’action, avec quelques bons et surprenants rebondissements et a été tourné et doublé dans plusieurs langues. En anglais évidemment pour sa distribution internationale, mais également en hindi, tamoul et de nombreuses autres langues en Inde afin qu’un large public puisse aller le voir.

Car la méga star Indienne Prabhas Raju Uppalapati, plus connue sous le nom de Prabhas, eu tellement de succès suite à « Baahubali », qu’il était inconcevable pour la production de tourner son prochain long-métrage uniquement dans 2 ou 3 langues. Un nouveau défit donc pour le comédien, qui dût apprendre certaines d’entre elles afin de se doubler. En effet, en Inde les barrières linguistiques sont fréquemment des problèmes parce que tout le monde ne comprend et ne parle pas forcément l’anglais ou l’hindi. A peu près chaque Etat a sa propre langue et même de nombreux dialectes différents.


Quoiqu’il en soit, la traduction anglaise avec un sous-titrage français semble réussie et correspond aux scènes tournées. D’autres plus-values se situent au sein de « Saaho ». A commencer par la distribution. Outre Prabhas en tête d’affiche avec son rôle très musclé, l’actrice Shraddah Kapoor (« Stree ») interprétant l’intrépide et charmante inspectrice « Amritha », Jackie Shroff (« Happy New Year ») jouant le méfiant et méticuleux « Roy » ou encore Murli Sharma (« Dilwale ») incarnant l’informaticien roublard. S’ils se sont toute et tous beaucoup impliqués avec leurs personnages, malheureusement celui de l’inspectrice perd de son importance au court de l’histoire. Un choix scénaristique regrettable, car il aurait été davantage intéressant et original de la encore plus téméraire et intrépige. A l’égale de « Saaho » en fait.

Si le tournage s’est déroulé dans plusieurs villes et pays comme l’Inde, Dubai, Rome ou encore à Vienne et Innsbruck et que les paysages sont parfois époustouflants, la bande-originale et les effets infographiques restent toutefois catastrophiques. La numérisation utilisée n’est parfois même pas digne d’un jeu vidéo. Au niveau de la bande-son, elle mélange trop les genres musicaux et « Saaho » n’a pas réellement de thème. 2 faits relativement dérangeant par rapport à l’intrigue qui demeure également très confuse parfois. A tel point qu’occasionnellement, le public peut ne plus comprendre vraiment la trame et se sentir perdu.


Heureusement, les multiples hommages aux grosses productions américaines (Bollywood est la seule industrie à réussir à faire des allusions et clin d’œil à des films des Etats-Unis comme « Matrix », « Mr. & Mrs. Smith » ou « Mad Max » au sein d’1 seule de leur réalisation) foisonnent à merveille au sein de « Saaho ». Les cascades sont aussi spectaculaires et sans en avoir l’air, cette réalisation est étonnement assez violente et sanglante.

« Saahoo » s’adresse donc à un public pouvant faire abstraction d’infographies ratées, des personnes appréciant l’univers Bollywood ou curieuses de le découvrir ou encore, des spectateurs-trices ayant aimé Prabhas et désireux-euses de le voir dans un rôle encore plus « bad ass ».

Saaho
Indien – 2h43mn – Action/Thriller/Science-fiction
Réalisateur : Sujeeth
Avec : Prabhas, Shraddah Kapoor, Jackie Shroff
T-Series Films
30.08.2019

« Saaho » : « It’s showtime ! »
4.0Note Finale