Quelques années avant la Première Guerre mondiale, à Budapest, une révolte contre le pouvoir de l’Empire austro-hongrois voit le jour. Une jeune femme se trouve au cœur des événements tragiques. Le second long-métrage du réalisateur hongrois, László Nemes est à l’image de son premier film. Documenté, puissant et dramatique !


Certains films plaisent au public par leur scénario original ou l’excellente prestation des acteurs et actrices. Cette nouvelle production hongroise a ses deux qualités, mais ce qui en fait un film exceptionnel, ce sont des décors fabuleux et des costumes d’époque variés et authentiques.

En 1910, dans l’Empire austro-hongrois, une jeune femme se présente dans la plus grande et luxueuse boutique de chapeaux de Budapest. Elle n’est pas venue faire du shopping. Fille de l’ancien propriétaire des lieux, la visiteuse demande à parler au responsable qui est un certain Oszkár Brill.

Venue de Trieste où elle a fait ses preuves dans la confection, Irisz Leiter désire être employée par la boutique en tant que modiste. Ce qui gêne le nouveau patron, c’est que la famille Leiter est à l’origine d’un scandale dans la capitale hongroise. Les parents d’Irisz sont décédés lors d’un incendie criminelle au magasin. La maison de prêt-à-porter a difficilement survécu aux tragiques événements, mais avec le temps et abnégation, le nouveau propriétaire a su faire revenir les clients et redorer l’image de la chapellerie.

C’est dans une ambiance tendue et contestataire, que se déroule le scénario du film. Il y a d’un côté des personnes aisées et les membres de la famille Impériale d’Autriche qui jouissent pleinement de leurs avantages financiers et sociaux et de l’autre des hongrois issus du peuple qui se révoltent.

« Derrière des chapeaux exceptionnels, se cache un monde horrible ». C’est ainsi que le réalisateur László Nemes, décrit la situation. Son dernier long-métrage est fantastique malgré sa longueur (la durée de projection est de 2 heures et 20 minutes). Déjà connu pour son premier film dramatique « Le fils de Saul » sorti en 2015 (récompensé par le Grand Prix de Cannes et par l’Oscar du meilleur film étranger), le réalisateur continue sur sa lancée et nous offre un nouveau voyage dans le temps.

« Sunset » est un projet que le cinéaste avait déjà imaginé avant de réaliser sa première œuvre. Son idée était de dépeindre de manière assez vague, une femme d’avant-guerre. Celle-ci porte en elle le destin du XXe siècle. László Nemes s’est basé sur ses propres impressions et interrogations sur l’Europe centrale. Les romans de Kafka et Dostoïevski ont un certain impact sur le film. Selon László, Kafka présente les obstacles infranchissables comme naturels. C’est le contraire de ce que le monde d’aujourd’hui nous fait croire.

Comme dans son dernier film, le metteur en scène fait référence, dans « Sunset » à « La Terre vaine de T.S. Eliot », un texte écrit au lendemain de la Première Guerre mondiale. C’est un poème qui fait référence à la destruction de la civilisation et à l’horreur que celle-ci produit.

Pour les décors, le cinéaste ne voulait pas tourner en studio. Le magasin a été construit dans une rue de Budapest et malgré le nouvel urbanisme, l’équipe a trouvé des endroits de l’époque.

L’actrice principale, Juli Jakab est connue pour avoir joué dans de nombreux films hongrois. Son regard apeuré et rempli de vengeance donne de l’intensité à l’histoire. On perçoit, dans le film différentes strates de sa personnalité et l’énergie que celles-ci produisent. Elle porte en elle, quelque chose qui va au-delà de sa personne. Les autres comédiens très réalistes dans leur rôles respectifs sont hongrois, roumains, autrichiens et polonais.

Les dialogues originaux sont en hongrois et en allemand (avec un accent autrichien) et la musique de fond est composée de mélodies classiques. Ces petits détails donnent de la crédibilité à un film déjà fort bien réalisé.

Il est intéressant de noter que ce métrage a reçu un « Lion d’Or » et le « Prix spécial du Jury » à la 75ème Mostra de Venise. Il a aussi reçu le « Prix de la critique internationale » au Festival International du film de Toronto. Des récompenses amplement méritées.

Sunset
Hongrie   –   2018   –   Drame
Réalisateur: László Nemes
Acteur: Suzanne Wuest, Evelin Dobos,Vlad Ivanov, Björn Freiberg
Agora Films
20.03.2019 au cinéma

"Sunset" : Déclin de l'empire Austro-Hongrois !
4.0Note Finale

A propos de l'auteur

Le cinéma est un lieu merveilleux, on y trouve de tout: des comédies (mon genre préféré), des films d'auteurs (que j'apprécie pour leur diversité), des documentaires plus ou moins passionnants, des blockbusters et d'autres types de films. Fan du cinéma français et des pays latins, j'en ai fait ma spécialité. Rédacteur depuis de nombreuses années, j'aime partager mes connaissances et découvertes. «Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut» Claude Lelouch

Articles similaires