Être dans The Circle, c’est ce que la jeune Mae souhaite comme la majorité de la population. Ainsi, chacun peut communiquer et partager avec chacun dans le meilleur des mondes. Mais est-ce vraiment le cas ?


Récolte massive des données, réseaux sociaux utilisés à outrance : au sein de cette société illustrant un futur proche ou franchement contemporain, tout le monde est connecté. Le film de James Ponsoldt qui est une adaptation du livre de Dave Eggers expose cette problématique de manière dérangeante mais fortement intéressante. Brièvement, une jeune femme nommée Mae issue de la campagne américaine se retrouve engagée au sein d’un groupe leader du marché des réseaux sociaux. C’est avec enthousiasme qu’elle l’intègre et gravit les échelons. Or, cette entreprise monopolistique oscille dangereusement avec les limites éthiques entourant les libertés individuelles de la population comme celles de la vie privée. À force de se connecter aux autres et de proposer des mesures allant dans ce sens, elle s’engouffre dans un cercle cette fois vicieux. 

Mais cela n’est pas forcément l’avis de tous. En effet, selon le point de vue, ce film peut être perçu autant comme une dystopie que comme une utopie. Les personnages divers qui sont confrontés à la même structure proposent ainsi différentes opinions de cette problématique. En effet, le réalisateur laisse planer un doute quant aux réelles intentions de certains protagonistes. Sont-ils sincèrement convaincus de ce modèle ou souhaitent-ils utiliser celui-ci pour leur propre intérêt ? 

Mais surtout, grâce à ce film, nous sommes amenés à nous demander où placer le curseur de cette connectivité. Cette société tel un mirador au sens de Michel Foucault, débouche sur un partage de données qui se prétend légitime. Mais est-ce que plus de sécurité, d’intégration sociale et de transparence justifie une limitation de la vie privée, des libertés fondamentales et une augmentation de la pression sociale ? Là est tout l’enjeu de The Circle. Ainsi, nous sommes projetés dans un univers qui n’est qu’une brève extrapolation de notre société où nous sommes à la fois victimes et bourreaux. Par conséquent, ce long-métrage nous pousse à nous remettre en question. Les oiseaux, les pommes, les CCTV, les montres connectées et « OOtres » outils de connectivité ont du souci à se faire.

Hormis l’intérêt éthique et politique, ce film de presque 2 heures offre un beau panel d’acteurs soit Emma Watson, Tom Hanks et John Boyega. Surtout, cette dernière propose un jeu qui laisse planer un doute quant à la conscience de son personnage. En outre, les bonus proposent des interviews intéressantes de l’actrice et de Tom Hanks notamment. Autant interpellant que divertissant, ce long-métrage permet de passer un moment agréable tout en ouvrant un long débat. 

  • Acteur Emma Watson, Tom Hanks, Karen Gillan
  • Réalisateur James Ponsoldt

 

The Circle : dystopie ou utopie ?
5.0Note Finale