C’est l’histoire mise en musique d’un petit garçon, fils de tailleur, qui tombe amoureux d’une jeune fille de bonne famille et que tout sépare, qui deviendra plus tard un des plus grands showmen de son époque. Né en 1810, il est décédé en 1891.

Parti de rien, visionnaire et avide de tout, P.T Barnum a été le créateur du divertissement de masse et de l’ultra-célébrité.

Il a d’abord acheté un musée, « Le Barnum’s American Museum de Broadway » mais les animaux empaillés aussi grands et rares fussent-ils n’ont pas attiré la foule. Il a alors décidé d’en faire un musée vivant en engageant toutes les personnes qui avaient soit une particularité physique, soit un talent quelconque. C’est ainsi qu’il a monté sa troupe et que le musée est devenu le cirque P.T. Barnum.

Frustré de n’attirer que des spectateurs de la couche populaire, il va s’associer avec l’auteur de pièces de théâtre célèbre, Phillip Carlyle, afin que celui-ci lui ouvre les portes de la haute société. Il va être invité à Buckingham par la reine Victoria et fera la connaissance de la célèbre cantatrice Jenny Lind qu’il va inviter aux Etats-Unis et avec laquelle il fera une grande tournée.

On dit que lorsque Hugh Jackman est dans les parages, on ne voit que lui. Le choix de l’acteur pour incarner P.T. Barnum ne pouvait être meilleur et le contrat est parfaitement rempli. Quant à Zac Efron dans le rôle de Philip Carlyle, il était simplement parfait et sa complicité avec la ravissante Anne Wheeler dans le rôle de la trapéziste Zendaya a donné une belle couleur à l’association des personnages. C’est Michelle Williams qui a joué Charity, la muse, l’épouse et la fidèle alliée de P.T. Barnum.

Il faut relever l’excellence de l’interprétation de chacun des comédiens, que ce soit sur la piste du cirque, dans les chorégraphies ou les chansons. Le jonglage n’est pas un don, mais un sacré apprentissage !

Le spectacle de P.T. Barnum reposait en partie sur les « Curiosités », des artistes de cirque aux caractéristiques physiques rares. Dans le film, l’exhibition de ces êtres humains différents n’est pas représentée comme une foire aux monstres, mais comme une manière pour ces personnes d’échapper à une existence clandestine et marginale.

Une certaine distance a été prise avec la chronologie des évènements car ce qui intéressait le réalisateur, c’était de transmettre la magie véhiculée par les spectacles de Barnum, de montrer à quel point il était un précurseur dans son domaine et de montrer la force avec laquelle il a cru en ses rêves. Ainsi, le style visuel mêle rétro et moderne, s’inspirant notamment du mouvement steampunk.

S’agissant d’une comédie musicale, les chansons, la musique et la chorégraphie ont parfaitement donné le ton à toute l’histoire. Les paroles et le choix des musiques bien rythmées et entraînantes ont raconté une aventure extraordinaire où le bonheur et la valeur de l’être humain étaient les seules choses vraiment importantes. Chacun était toujours là pour l’autre dans le bonheur et le malheur. Une belle leçon de vie.

Il aura fallu sept années pour que le projet aboutisse. C’est le premier long métrage de Michael Gracey qui avait fait ses preuves avec de nombreux clips vidéo et publicités. N’ayant pas voulu utiliser des animaux vivants dans son film, il a chargé le studio MPC de mettre au point des effets visuels pour créer …les animaux du cirque ! En effet, le réalisateur se refusait à faire appel à de vrais animaux qui auraient été exploités ou maltraités pour apprendre des tours.

Le rideau s’est définitivement baissé sur ce qui était le plus grand cirque du  monde le 21 mai 2017. Il a dû faire face à un public de plus en plus rare et à la pression des défenseurs des droits des animaux.

 

  • The Greatest Showman 
  • De Michael Gracey
  • Avec Hugh Jackman, Zac Efron, Michelle Williams
  • 20th Century Fox

The Greatest Showman – La naissance du show-business
5.0Note Finale

A propos de l'auteur

Articles similaires