Ce film britannique en noir et blanc, met en scène un groupe d’amis réunis pour fêter une promotion. Chacun des protagonistes cache un secret qui va être dévoilé durant la soirée…


Janet et Bill vivent dans une jolie maison de banlieue, cette demeure est composée d’une chambre à coucher, d’une cuisine moderne, d’une salle de bains et d’un grand living-room avec vue sur le jardin. C’est dans cette dernière pièce que se situe, principalement, l’intrigue.

Comme dans le jeu «Cluedo», le spectateur mène sa propre enquête. Il étudie minutieusement les faits et gestes des invités, les lieux et les objets. La nervosité est palpable et la tension omniprésente. Les discours philosophiques des personnages sur divers thèmes d’actualité, cachent des peurs personnelles et le besoin de confession. Autre détail d’importance, Marianne, la dernière convive est annoncée absente…

La réalisatrice, Sally Potter a commencé à écrire le script de «The Party» après les dernières élections générales en Grande-Bretagne. Elle confie que son film est une réflexion sur le discours des partis politiques et sur l’impact qu’a la déformation de la vérité sur nos vies personnelles. Dans le cas présent, la tension et le confinement des personnages fait remonter les non-dits à la surface. Une maison qui semblait être un havre de paix se transforme rapidement en prison pour les invités.

Très tôt, la cinéaste a décidé de tourner le film en noir et blanc. Ce choix esthétique rappelle la période particulière du cinéma britannique des années soixante, avec des films comme «Samedi soir et dimanche matin» de Karel Reisz (1960), «La chambre indiscrète» de Bryan Forbes (1962) et «Le prix d’un homme» de Lindsay Anderson (1963) qui portaient en eux un sens profond de l’état de la société et une réflexion sur la désintégration des partis politiques.

Pour trouver les acteurs et actrices, Sally Potter a travaillé pendant plusieurs mois avec deux directrices de casting (Irène Lamb et Heidi Levitt) à Londres et Los Angeles. Toutes deux ont participé à la réalisation de ses précédents films. Les rôles principaux ont été attribués à Thimothy Spall (déjà présent dans Ginger & Rosa) et Kristin Scott Thomas qui furent les premiers à se montrer intéressés par le projet. Le suisse, Bruno Ganz (64 films) et l’américaine, Particia Clarkson (87 films) ont apporté leur expérience. Ils sont tous excellents, dans leurs rôles respectifs.

Le chef décorateur, Carlos Conti, a réalisé une maquette de la maison, en portant une attention particulière à la géographie du salon, pièce maîtresse des débats. Assis dans un fauteuil une grande partie du temps, Bill est le soleil d’une galaxie. Les autres personnages gravitent autour de lui. Cette présentation a compliqué l’organisation du décor. Il a fallu modifier plusieurs fois la maquette pour trouver la position idéale de chaque personnage pour les différentes scènes du film qui ont été tournées caméra à l’épaule.

«The Party» est un film affûté jouant sur l’unité de temps et de lieu. Le recours au noir et blanc, sans effets spéciaux ni pléthore de décors met en avant la narration. Tout est exposé, les personnages, la lumière et l’obscurité, la voix et la musique sont au service de l’intrigue. La caméra observe dans l’ombre et guette sans relâche les visages de ces personnages en période de crise au fur et à mesure qu’ils révèlent leurs vérités.

Ce DVD contient en bonus le Making-of, les interviews de l’équipe du film et le clip-vidéo «ça tourne».

The Party
UK – 2017 – Comedy
Réalisateur: Sally Potter
Acteur: Patricia Clarkson, Bruno Ganz
Disques office

"The Party" : Théâtral !
4.0Note Finale

A propos de l'auteur

Le cinéma est un lieu merveilleux, on y trouve de tout: des comédies (mon genre préféré), des films d'auteurs (que j'apprécie pour leur diversité), des documentaires plus ou moins passionnants, des blockbusters et d'autres types de films. Fan du cinéma français et des pays latins, j'en ai fait ma spécialité. Rédacteur depuis de nombreuses années, j'aime partager mes connaissances et découvertes. «Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut» Claude Lelouch

Articles similaires